mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le pape François appelle à réfléchir aux racines du conflit en Ukraine

Rome, 15 juin (Prensa Latina) Le pape François a appelé aux origines et aux intérêts liés au conflit en Ukraine « qui sont très complexes » des critères qui suscitent aujourd’hui l’intérêt en Italie suite à sa divulgation dans des moyens locaux.

Le souverain pontife a affirmé lors d’un dialogue dont le contenu a été publié dans le cahier numéro 4128 de la  La Civiltà Cattolica, qu’il était dangereux «  que nous ne voyons pas le drame qui se développe derrière cette guerre, qui a peut-être été d’une certaine manière provoquée ou pas empêchée ».

Dans ce contact avec des éditeurs de magazines jésuites européennes le 19 mai, le Saint-Père narrait sa conversation auprès d’un chef d’État des mois avant le commencement de cette opération militaire russe en Ukraine qui en avait anticipé la possibilité, étant donné les pressions contre Moscou. 

Le leader politique était très concerné par l’évolution de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et il a déclaré qu’ »ils aboient aux portes de la Russie », a raconté le pape.

L’évêque de l’église catholique a manifesté que « ce que nous avons sous les eux c’est une situation de guerre mondiale, des intérêts mondiaux, de vente d’armes et d’appropriation géopolitique ». 

« Il est très triste, mais au fond c’est cela qui est en jeu » et « je suis simplement contre la réduction de la complexité à la distinction entre le bien et le mal, sans penser aux racines et aux intérêts ».

« Nous voyons ce qui se passe maintenant en Ukraine de cette manière parce que c’est plus proche de nous et touche plus notre sensibilité, mais il y a d’autres pays lointains, pensons à certaines régions d’Afrique, au nord du Nigeria, au nord du Congo, où la guerre continue et personne ne s’en soucie ».

« Pensez au Rwanda il y a 25 ans. Pensons au Myanmar et aux Rohingyas. »

« Le monde est en guerre. Il y a quelques années, il m’est venu à l’esprit de dire que nous vivons la Troisième Guerre mondiale en morceaux. Ici, pour moi aujourd’hui, la troisième guerre mondiale est déclarée », a-t-il ajouté.

jcc/livp/oda/ort 

EN CONTINU
notes connexes