dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La paix au cœur du nouveau gouvernement colombien

Bogota, 20 juin (Prensa Latina) Le président élu de la Colombie Gustavo Petro a assuré que le changement, l’espoir, l’amour et l’effort majeur pour gagner dans les urnes seraient inutiles dans ce pays sans paix.

Au départ, il a affirmé que son mandat serait axé sur la paix, ce qui signifie que les 10 millions d’électeurs de son rival dans ce scrutin, Rodolfo Hernández, sont les bienvenus dans son gouvernement, l’ex-candidat lui-même pouvant dialoguer auprès de nouvelles autorités quand il le souhaite.

« Cela se traduit dans le fait que nous n’allons pas laisser ce gouvernement se servir du pouvoir pour détruire nos opposants. Donc,  nous nous pardonnons à nous-mêmes et l’opposition que nous aurons, sous les directions qu’elle souhaite (…) sera toujours la bienvenue au Palais de Nariño pour discuter des problèmes de la Colombie », a-t-il remarqué.

Dans son discours au colisée Movistar Arena devant des milliers de personnes, Petro a rappelé qu’aujourd’hui le climat politique qui entoure les Colombiens dans ce siècle de haine, de confrontation, littéralement jusqu’à la mort, de persécution, d’isolement, ne peut pas continuer.

« Il y aura sans doute une opposition, peut-être féroce et tenace, et il se peut que nous ne la comprendrons pas souvent ; toutefois, il n’y aura jamais de persécution politique, ni de persécution juridique, il n’y aura que du respect et du dialogue de la part de ce nouveau gouvernement ».

« C’est ainsi que nous pourrons construire ce que nous avons appelé il y a quelques jours le Grand Accord National et qui a d’ores et déjà commencé à être construit parmi 11 millions de Colombiens (ses électeurs), mais il doit être parmi 50 millions, il doit être avec toute la société », a déclaré Petro.

Il a expliqué que le Grand Accord doit commencer à être construit sur la base d’un dialogue régional contraignant, ce qui signifie que ce qui est décidé au niveau régional pour mettre fin aux conflits violents, pour construire la prospérité régionale, devient la norme, devient obligatoire et est respecté.

« Il s’agira de dialogues régionaux qui nous permettront d’envisager le conflit dans sa spécificité historique et de prendre en compte toute la diversité », a-t-il ajouté.

« Pas seulement ceux qui ont pris les armes, mais aussi la diversité silencieuse des paysans, des indigènes, des femmes, des jeunes », des dialogues sur lesquels construire les réformes dont la Colombie a besoin pour vivre ensemble en paix.

Selon les données du Bureau national du registre, le ticket présidentiel du Pacte historique, composé de Petro et Francia Márquez, a obtenu 11 millions 281 mille 13 voix lors du scrutin de dimanche, soit 50,44 %.

De leur côté, Rodolfo Hernández et Marelen Castillo ont obtenu 10 millions 580 412 voix, soit 47,31 % des votes valides.

jcc/jf/otf

 
EN CONTINU
notes connexes