mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des opposants annoncent des manifestations contre l’insécurité en Haïti

Port-au-Prince, 21 juin (Prensa Latina) Le Protocole d’entente nationale, une plateforme qui regroupe diverses organisations politiques haïtiennes opposées au gouvernement actuel, a annoncé une série de manifestations contre l’insécurité, a-t-on appris aujourd’hui.

Le groupe, qui a revendiqué les récentes manifestations aux Gonaïves et à Hinche, dans le nord et le centre du pays, a déclaré qu’il n’est actuellement pas possible de parler d’insécurité, mais que cette nation caribéenne est plongée dans l’anarchie totale.

« Nous ne pouvons pas nous permettre d’accepter cette situation », a déclaré l’un de ses principaux leaders, l’ancien président du parlement et coordinateur du parti Haïti en Action, Youri Latortue. 

L’ancien sénateur a appelé la population à manifester en masse dimanche aux Cayes, ville du sud dévastée par le séisme de 2021, tandis qu’une mobilisation est prévue le 30 juin au Cap-Haïtien, à l’extrême nord du pays.

Latortue a également indiqué qu’ils organisaient une « méga-manifestation » à Port-au-Prince après le 6 juillet, date des examens officiels du baccalauréat.

Les protestations contre l’insécurité se sont multipliées ces dernières semaines, alors que les enlèvements, les meurtres, les affrontements entre bandes s’intensifient et que les gangs prennent le contrôle de zones stratégiques.

Certains syndicats se mobilisent dans les rues tandis que d’autres, comme le secteur de la santé, ont fermé les portes des hôpitaux de la capitale pendant près d’un mois, dont la plus grande institution publique d’Haïti, après que plusieurs médecins aient été retenus contre leur gré.

Dans ce contexte, la police a enregistré 200 enlèvements, dont plusieurs enlèvements collectifs en mai, et les organismes d’État ont rapporté plusieurs dizaines de morts lors de la guerre entre gangs fin avril pour le contrôle du nord de Port-au-Prince.

peo/ssa/acl/ane

EN CONTINU
notes connexes