mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La date de l’assassinat de l’ancien président déclarée fériée en Haïti

Port-au-Prince, 23 juin (Prensa Latina) Le Gouvernement haïtien a déclaré jour férié le 7 juillet, date de la première commémoration de l’assassinat du Président Jovenel Moïse, survenu dans sa résidence dans cette capitale, a-t-on appris aujourd’hui.

La décision a été prise la veille au Conseil des ministres, et la commémoration a été ajouté à la liste des dates historiques, a assuré la plate-forme numérique Haiti24.

Moïse, qui connaissait un mandat controversé, a été atteint par 12 coups de feu apparemment tirés par un commando armé notamment composé d’anciens militaires colombiens, mais près d’un an après le meurtre, aucun suspect n’a encore été officiellement inculpé en Haïti.

Le dossier est déjà passé entre les mains de quatre juges d’instruction qui ont tous démissionné en invoquant des problèmes personnels, tandis qu’un magistrat, Garry Orélien, a été licencié pour non-respect des délais.

Pour leur part, les autorités des États-Unis ont officiellement inculpé deux personnes soupçonnées d’avoir participé au meurtre, et une audience est prévue en juillet pour mettre en accusation un tiers.

La paralysie de l’enquête en Haïti a suscité des critiques contre le Premier ministre Ariel Henry, qui a été appelé à témoigner en septembre dernier par le commissaire de gouvernement de l’époque, Bed Ford Claude.

La semaine dernière, l’ancien Premier ministre et ministre des Affaires étrangères Claude Joseph a accusé Henry d’être responsable de la mise en suspens de l’enquête et a réitéré sa demande d’une commission internationale pour enquêter sur le crime.

Moïse est le cinquième président assassiné en Haïti alors qu’il exerçait ses fonctions, et sa mort a aggravé la crise sociopolitique de la nation alors que les forces politiques sont incapables de parvenir à un accord et que les gangs prennent le pouvoir dans de nombreux territoires.

peo/mv/Ane 

 
EN CONTINU
notes connexes