dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Contre-sommet de l’OTAN de trois jours à Madrid

Madrid, 24 juin  (Prensa Latina) Trois jours qui se termineront par une manifestation dans le centre de Madrid montreront le refus du sommet de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) dès vendredi, comptant sur la participation d’un grand nombre de groupes politiques différents.

L’événement est encouragé par la plate-forme nationale NATO No et sera suivi par des partis tels que Izquierda Unida (IU), le Parti communiste (PCE) et quelques représentants de niveau intermédiaire de Podemos et des organisations syndicales, autant que diverses ONG.

L’ancien député européen UI Willy Meyer, étant l’un des porte-parole de NATO No, a noté que le sommet alternatif mettrait en valeur que l’alliance atlantique représentait « un obstacle à la paix, à un cadre de sécurité démilitarisé et à la réduction des budgets militaires ».

Meyer a également mis en doute le fait que la stratégie dite « OTAN 360 degrés » signifiait donner à l’OTAN la capacité d' »intervenir dans le monde entier sans recevoir le feu vert du Conseil de sécurité des Nations unies », en violation flagrante du droit international et de la Charte des Nations unies.

Le sommet de l’OTAN se tiendra les 29 et 30 du mois de juillet au parc des expositions IFEMA-Madrid. C’est pourquoi la capitale espagnole déploiera un énorme dispositif de sécurité et les autorités ont demandé à la population de limiter ses déplacements dans la ville, notamment dans le centre.

A l’avance, des médias bien informés ont rapporté qu’avec la participation assurée du président étasunien Joe Biden, les Etats-Unis ont réservé un millier de chambres d’hôtel à Madrid et disposeront d’un système de transport de plus de 50 véhicules.

Dimanche, une marche de protestation contre le sommet de l’OTAN aura lieu de la gare d’Atocha à la Plaza de España au cœur de Madrid.

À partir de vendredi, maints  panels débattront de l’augmentation des dépenses d’armement proposée au sommet de l’OTAN, et réfléchiront aux mécanismes de sécurité démilitarisés, à la crise alimentaire et au changement climatique. L’auditorium « Marcelino Camacho » des Comisiones Obreras (Commissions des travailleurs) accueillera la réunion.

Parmi les personnalités politiques à se rendre au contre-sommet et aux manifestations figurent le secrétaire d’État à l’Agenda 2030 et leader du PCE, Enrique Santiago, et la porte-parole fédérale de l’IU, Sira Rego.

Afin d’éviter des revers au sein du gouvernement, il semble qu’aucun des ministres de Podemos ne participera au contre-sommet, même si des voix comme celles de Ione Belarra ou d’Irene Montero, toutes deux titulaires de portefeuilles différents, se feront entendre dans un sens très critique.

jcc/rgh/ft

EN CONTINU
notes connexes