jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La science et les femmes à Cuba vont de pair

Paris, 24 juin (Prensa Latina) À Cuba, 53 % des travailleurs scientifiques sont des femmes, de même que la moitié de ceux qui se consacrent à la recherche, un scénario qui contraste avec le faible niveau d’autonomisation des femmes dans ce secteur au niveau mondial.

La chercheuse Maria Guadalupe Guzman donne aujourd’hui un visage universel à ces femmes, mères et personnes ordinaires qui, dans toute l’île, défient quotidiennement l’adversité pour faire face aux dangereux virus, bactéries et autres micro-organismes.

Hier soir, dans cette capitale, Guzmán a reçu, avec d’autres scientifiques, le prix international L’Oréal-Unesco Femmes et sciences, dont la 24e édition a récompensé des guerrières de différentes régions de la planète, qui, armées de pipettes et de boîtes de Pétri, se battent contre des ennemis aussi invisibles que mortels.

Cependant, elle ne veut pas la gloire, ni assumer que son nom est partout, elle préfère penser au pluriel, à ses compatriotes dans les tranchées qui défendent l’humanité, récemment mise à l’épreuve par le coronavirus SRAS-CoV-2 et son Covid-19.

« C’est un immense honneur, mais c’est surtout une reconnaissance de toutes les femmes cubaines qui se consacrent à la science, je le conçois ainsi », a déclaré la directrice du centre de recherche de l’Institut de médecine tropicale Pedro Kouri à Prensa Latina quelques minutes avant la cérémonie au siège de l’Unesco.

La Fondation L’Oréal et l’organisme multilatéral ont remis le prix décerné par le jury à Guzmán pour ses travaux pionniers sur la dengue et pour toute une vie consacrée à la recherche afin de prévenir et de sauver des vies humaines grâce aux biosciences.

Chaque année, seules cinq femmes reçoivent ce prix, et pour la première fois, il a été décerné à une femme des Caraïbes.

Dans son discours de la soirée, la directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, a regretté que les femmes représentent à peine un chercheur sur trois dans le monde et a demandé que l’on s’engage à briser les stéréotypes.

La scientifique cubaine a poussé un soupir de soulagement, sachant que cette réalité n’est pas la sienne, mais elle souffre tout de même.

C’est pourquoi, au moment de dire quelques mots sur cette distinction, la docteure en sciences a opté pour un message d’espoir.

« Les femmes ont un devoir envers le monde et ont le potentiel d’aller aussi loin qu’elles le souhaitent », a-t-elle souligné.

jcc/ssa/rgh/wmr

EN CONTINU
notes connexes