mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Équateur reprend sa routine après l’arrêt des manifestations

Quito, 1 juillet (Prensa Latina) L’Équateur, théâtre d’une grève nationale de 18 jours contre les politiques néolibérales du gouvernement, reprend progressivement sa routine scolaire, professionnelle et commerciale.

Tôt le matin, les rues sont de nouveau animées par des personnes qui veulent reprendre leur vie en main, et les uniformes des étudiants sont de nouveau à l’ordre du jour dans les transports publics.

Jeudi, après le consensus adopté à Quito par les représentants du gouvernement et les dirigeants des peuples ancestraux, le président de la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (CONAIE) Leonidas Iza a déclaré la fin des manifestations sur l’ensemble du territoire national et a appelé au retour des manifestants sur leurs lieux de résidence.

Une fois le consensus atteint lors des pourparlers et reconnu les progrès réalisés après presque trois semaines de lutte, le départ de centaines de paysans et d’indigènes a commencé petit à petit, depuis les mêmes points qui avaient servi de centres de paix et d’accueil ou de lieux d’assemblées et de réunions dans la dénommée Carita de Dios (Visage de Dieu).

Dans des camions, au son des vuvuzelas, avec des drapeaux de l’Equateur et le fouet des peuples andins, ils ont quitté la capitale par la voie pacifique et ravis d’avoir engagé la lutte jusqu’à remplir leurs objectifs.

Fini les nuits froides, les affrontements, le travail commun pour aider les blessés et le réajustement émergent des mécanismes de résistance pour un agenda commun, avec des réponses à 10 questions sensibles au profit des femmes, des paysans, des enseignants, des étudiants, des candidats à l’université et des travailleurs, entre autres.

Quito a accueilli les personnes mobilisées et celles qui se sont solidarisées depuis les quartiers, face à des groupes qui ont stigmatisé et criminalisé la manifestation, marquée par des jours de répression policière et militaire, avec un bilan de six morts, des centaines de blessés et de détenus.

Aujourd’hui, tout l’Équateur espère la réconciliation et les communautés se tournent vers les engagements adoptés dans l’Acte pour la paix, preuve des réalisations de la résistance populaire, même si des questions restent en suspens.

jcc/mem/scm

 
EN CONTINU
notes connexes