mardi 23 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Russie est en mesure de sanctionner une société de satellites après l’attaque de Belgorod

Moscou, 4 juillet(Prensa Latina) La Russie a tout à fait le droit d’appliquer des sanctions contre la société nord-américaine Maxar Technologies si l’on confirme que les troupes ukrainiennes s’étaient servies de ses images satellites pour bombarder la ville de Belgorod, a corroboré lundi le sénateur Vladimir Dzhabarov.

La ville frontalière russe a été photographiée le 30 juin par le satellite GeoEye1 de Maxar, alors que d’autres satellites étasuniens, comme WorldView-2 et WorldView-3, ont capturé des images de la région de Belgorod les 27, 22 et 20 juin, a rapporté l’agence de presse Spoutnik dimanche.

« Si des évidences sont trouvées, la Russie a le droit en fait d’envisager la possibilité d’imposer des sanctions à cette société », a déclaré M. Dzhabarov aux médias locaux.

Le ministère russe de la défense a indiqué que les troupes ukrainiennes avaient assiégé Belgorod aux premières heures du 3 juillet au moyen de trois missiles Tochka-U équipés d’ogives à fragmentation.

Les forces de défense aérienne russes les ont détruits en vol, mais les restes de l’un d’eux sont tombés sur un immeuble résidentiel.

Selon le gouverneur de la région du même nom, Vyacheslav Gladkov, quatre personnes ont été tuées et quatre autres, dont un enfant, ont été blessées, pendant que 21 immeubles et 40 maisons ont été touchés.

Auparavant, Spoutnik avait révélé que des satellites commerciaux des Etats-Unis avaient en outre photographié l’île des Serpents en mer Noire quelques jours avant la tentative de l’Ukraine de s’emparer de la zone par des débarquements armés.

En plus,  WorldView-1 a photographié la raffinerie de Novoshakhtinsk, dans la province russe de Rostov-sur-le-Don, trois jours avant qu’elle ne soit attaquée.

Les satellites ont de même capturé des images de la zone de la mer Noire où se trouvent les plateformes de forage de Chornomorneftegaz, une semaine avant que les forces ukrainiennes ne prennent d’assaut les installations.

Fin juin, le directeur général de la société spatiale russe Roscosmos, Dmitry Rogozin, a dit que des opérateurs de satellites occidentaux privés, dont Maxar, ainsi que des opérateurs publics, transmettaient des données à l’Ukraine.

Selon M. Rogozin, ces entreprises génèrent des données spécifiques pour l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord, qu’elles transfèrent ensuite aux militaires de Kiev.

jcc/jf/odf

EN CONTINU
notes connexes