vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des études sur le médicament neuro-protecteur NeuralCIM se poursuivent à Cuba

La Havane, 6 juillet (Prensa Latina) Des études relatives au médicament neuro-protecteur NeuralCIM (NeuroEPO) se poursuivent à La Havane, suite au début des consultations visant à classer les patients ciblés pour l’essai clinique de phase 3 du médicament.

Selon Kalet León, premier directeur adjoint du Centre d’immunologie moléculaire (CIM), lors d’une conférence de presse, la sélection des candidats potentiels est déjà en cours en vue du démarrage de l’étude de la 3me phase dans cette ville, pendant qu’un essai de phase 4 commencera ensuite dans d’autres provinces du pays.

La molécule NeuroEPO, une érythropoïétine à faible teneur en acide sialique très similaire à celle naturellement présente dans le cerveau, a prouvé ses effets bénéfiques sur les patients atteints de la maladie d’Alzheimer légère et modérée, suite aux premiers essais cliniques réalisés sur l’île.

Selon Teresita Rodríguez, responsable du produit, la formulation a montré un faible niveau d’effets indésirables, tout en favorisant la formation de nouveaux vaisseaux sanguins et l’expansion des neurotransmetteurs, en prévenant la mort cellulaire et en ayant un effet anti-inflammatoire, entre autres avantages.

Pour sa part, Leslie Pérez, docteure en sciences, a indiqué que pour ces nouvelles phases des études, le produit cubain serait comparé au médicament Donepezil, approuvé par l’agence de réglementation des Etats-Unis.

Elle a ajouté qu’à La Havane, en plus de la caractérisation clinique, les patients participant à l’essai seront évalués d’un point de vue moléculaire par la détermination des protéines bêta-amyloïdes dans le liquide céphalo-rachidien, dont l’accumulation dans le cerveau est constatée comme un précurseur de la maladie d’Alzheimer.

Dans la capitale,  413 personnes feront l’objet des tests alors que dans le reste du pays l’objectif est d’inclure 1 456 personnes.

Une fois l’approbation obtenue, a dit l’experte, « nous espérons commencer les études pour le dernier trimestre ou bien vers les quatre derniers mois de l’année.

NeuralCIM, bénéficiant au préalable d’un enregistrement conditionnel accordé par l’autorité réglementaire nationale,  pourrait bien être utilisé dans le traitement de la maladie de Parkinson, des ataxies et de l’ischémie cérébrale aiguë.

Le médicament, créé par le CIM, est administré par voie orale et vise à rétablir le déséquilibre causé par les affections neuro-dégénératives dans le cerveau et à stabiliser son fonctionnement physiologique.

jcc/car/ifs

 
EN CONTINU
notes connexes