lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Un tribunal britannique reprend le litige sur les réserves d’or vénézuéliennes

Londres, 14 juillet (Prensa Latina) Le Tribunal de commerce de Londres a repris hier le litige entre le gouvernement constitutionnel du Venezuela et les avocats du président autoproclamé Juan Guaidó au sujet de l’or vénézuélien retenu par la Banque d’Angleterre.

L’affaire est revenue devant cette instance judiciaire par décision de la Cour suprême britannique, qui, en décembre dernier, a partiellement accepté l’appel présenté par les représentants de Guaidó sur son prétendu droit de contrôler ces réserves évaluées à plus d’un milliard de dollars.

La bataille juridique a commencé en 2020, après que la Banque d’Angleterre a refusé de livrer l’or aux autorités de la Banque centrale du Venezuela (BCV) nommées par le président constitutionnel du pays sud-américain, Nicolás Maduro, et ce au motif qu’elle avait une demande similaire du conseil nommé par le leader de l’opposition vénézuélienne.

En première instance, le Tribunal commercial de Londres a déterminé que Guaidó avait le pouvoir de disposer des 30 tonnes du précieux métal , car le ministre britannique des Affaires étrangères de l’époque, Jeremy Hunt, l’avait reconnu comme président par intérim du pays sud-américain en février 2019.

La Cour d’appel a cependant révoqué ce verdict, considérant que la reconnaissance de Guaidó comme président « de jure » (par la loi) n’excluait pas que Maduro soit reconnu par le Royaume-Uni comme président « de facto » (de fait).

La Cour suprême britannique a ensuite souligné fin 2021 que la reconnaissance par Londres de l’opposant vénézuélien en tant que président de la nation sud-américaine est « claire et sans équivoque », mais a considéré que la juridiction commerciale doit examiner si elle tient compte de l’arrêt de la Cour suprême de justice du Venezuela qui a annulé l’autorité du conseil nommé par Guaidó.

Le cabinet juridique londonien Zaiwalla & Co., qui représente le gouvernement de Maduro, a annoncé que ses avocats s’efforceraient de démontrer que la BCV est la seule autorité valable pour gérer les avoirs vénézuéliens à l’étranger.

Le nouveau procès qui a commencé ce mercredi devant le Tribunal commercial de Londres s’étendra jusqu’à lundi prochain, même si les juges britanniques n’annonceront pas immédiatement leur décision.

peo/livp/oda/nm

EN CONTINU
notes connexes