vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Gazprom et une compagnie pétrolière iranienne élargissent leur coopération

Moscou, 19 juillet (Prensa Latina) Le géant russe de l’énergie Gazprom et la Compagnie nationale iranienne de pétrole ont signé aujourd’hui un mémorandum de coopération pour le développement de gisements de gaz et de pétrole brut.

L’entreprise publique russe de l’énergie s’est engagée à coopérer au lancement de six champs de pétrole, tandis que les parties négocieront un projet commun supplémentaire prévoyant l’injection de 15 milliards de dollars par Gazprom, a informé la chaîne RT.

De même, le directeur exécutif de l’entité iranienne, Mohsen Khojste Mehr, a souligné que la signature du document représente le plus grand investissement étranger dans l’histoire de l’industrie pétrolière du pays, attirant plusieurs dizaines de milliards de dollars de la partie russe, a rapporté l’agence Tasnim.

Khojste Mehr a précisé que l’accord prévoit le développement des champs de gaz Kish, près de l’île du même nom dans le golfe Persique, et North Pars, un autre gisement maritime dans la même zone, avec l’investissement de 10 milliards de dollars de Gazprom.

La participation de l’entreprise russe à ces projets permettra d’augmenter la production quotidienne de gaz de plus de 100 millions de mètres cubes, a-t-il expliqué.

Commentant l’importance de la signature de l’accord, le directeur de la compagnie pétrolière iranienne a souligné le rôle de Téhéran et de Moscou pour assurer « la durabilité énergétique du monde ».

À cet égard, il a indiqué que les deux pays disposaient « d’un total de 70 billion de mètres cubes de réserves de gaz, soit 30 pour cent des réserves mondiales ».

La signature de l’accord a lieu le jour même où le président russe Vladimir Poutine prévoit de rencontrer à Téhéran le mandataire iranien Ebrahim Raisi et leur homologue turc Recep Tayyip Erdogan pour discuter d’une série de questions de coopération, ainsi que des questions à l’ordre du jour international, y compris le conflit en Ukraine et la paix en Syrie.

peo/mem/odf

EN CONTINU
notes connexes