jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Cuba relancera le marché des changes, y compris du dollar

La Havane, 21 juillet (Prensa Latina) Cuba relancera le marché des changes pour la population et les voyageurs internationaux, y compris du dollar, mais à un taux supérieur à celui officiellement établi aujourd’hui.

Le vice-premier ministre et ministre de l’Économie et de la Planification, Alejandro Gil, a déclaré aux députés du parlement cubain que la mesure est prise face aux signes de reprise économique, considérés comme irréversibles, de sorte que le pays est en mesure de mettre en place l’achat et la vente de devises étrangères avec un « taux de change économiquement fondé ».

Il a précisé qu’ils évaluaient encore les détails de son application, mais a précisé que le marché travaillerait avec toutes les devises, y compris les dollars en espèces, même si les conditions pour lesquelles cette monnaie a cessé d’être accepté dans la nation caribéenne sont maintenues, comme les restrictions à son utilisation imposées par le blocus économique des États-Unis.

Gil a ajouté à cet égard qu’en dépit de ces difficultés, il est nécessaire de prendre des décisions adaptées à la réalité du pays, conformément au modèle socialiste, en plus de permettre l’entrée de ressources.

Il a souligné qu’il était essentiel de tirer parti de la collecte de ces fonds pour augmenter les offres en pesos cubains et augmenter la capacité d’achat, et encourager l’utilisation de la monnaie nationale. 

Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a souligné que le commerce des devises étrangères est valable pour toutes les personnes qui entrent à Cuba, propos auquels le ministre de l’Économie a ajouté qu’actuellement de nombreux voyageurs changent leurs devises sur le marché informel car cela est plus avantageux.

À cet égard, il a fait valoir que cet espace illégal a proliféré, qu’il a une incidence directe sur l’inflation subie par la population, qui a atteint 13,4 % à la fin du mois de juin, et qu’il a complexifié les relations économiques, notamment en raison de l’absence d’offre officielle.

Un autre aspect négatif de l’existence du marché illégal est que les devises ne sont pas captées par le système officiel, a-t-il affirmé.

Il a indiqué que le marché informel fonctionne essentiellement avec des dollars, des euros et des devises librement convertibles, à des prix oscillant autour de 115 et 120 pesos cubains pour chacune de ces monnaies.

« Nous ne pouvons pas dollariser le pays », a souligné Gil, donc tout ce que nous faisons pour augmenter les offres en pesos cubains va dans la bonne direction.

peo/mv/kmg

EN CONTINU
notes connexes