mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’ONU dénonce plus de 470 victimes de la violence en Haïti

Port-au-Prince, 25 juillet (Prensa Latina) L’Organisation des Nations Unies a signalé aujourd’hui que plus de 470 Haïtiens ont été tués, blessés ou sont toujours portés disparus à la suite des affrontements entre bandes armées dans cette capitale.

Le rapport du Bureau de la coordination des affaires humanitaires en Haïti fait également état d’incidents graves de violence sexuelle contre des femmes et des jeunes filles, ainsi que contre des mineurs recrutés par les bandes pour faire partie de leurs rangs.

Ces événements ont eu lieu lors de la récente guerre qui a commencé le 8 juillet dernier entre deux puissantes alliances de gangs opérant à Cité Soleil, un vaste quartier pauvre de Port-au-Prince.

L’ONU a indiqué qu’au moins 3 000 personnes ont dû fuir leurs foyers, dont des centaines d’enfants non accompagnés, tandis qu’environ 140 maisons ont été incendiées ou détruites à la suite des combats.

C’est dans ce contexte que l’Unicef a commencé à fournir des trousses d’hygiène, de l’eau potable et des vivres aux victimes.

Les besoins humanitaires à Cité Soleil sont immenses et augmentent en raison de la pauvreté, du manque de services de base, y compris la sécurité, et d’une récente augmentation de la violence.

L’ONU s’engage à continuer d’aider les enfants, les femmes et les hommes les plus vulnérables, conformément aux principes d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance, a déclaré la coordinatrice humanitaire, Ulrika Richardson.

Elle a également souligné la nécessité de trouver une approche durable pour le développement local, qui doit inclure le retour à une vie digne pour les habitants.

La violence a explosé en Haïti l’année dernière après l’assassinat du président Jovenel Moïse en juillet 2021.

À l’heure actuelle, les gangs contrôlent environ un tiers du territoire de la capitale, y compris ses accès nord et sud, et au moins 500 enlèvements et meurtres ont été enregistrés à Port-au-Prince depuis le début de l’année.

peo/car/Ane 

EN CONTINU
notes connexes