mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

« Les médecins cubains recevront le même traitement que les Mexicains »

Mexico, 28 juillet (Prensa Latina) Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a rassuré jeudi que les médecins cubains embauchés par son gouvernement recevront le même traitement que les nationaux, notamment en matière de protection et de sécurité.

Interrogé à ce sujet lors de son allocution du matin au Palais national, le président a manifesté que tous les Mexicains devaient les protéger, quelles que soient les mesures prises par le gouvernement.

Il a expliqué qu’à Nayarit, où commence l’expérience d’embauche de médecins étrangers, pour l’instant des cubains, le nombre d’experts est déjà de 78%, la disponibilité  de médicaments gratuits est de  94% dans toute le système de santé, et sera  bientôt suivi par les États de Tlaxcala et Colima.

Cela signifie, a-t-il précisé, que « les hôpitaux et les centres de santé de Nayarit sont équipés. Ils disposent de salles d’opération comme l’hôpital Rosamorada qui n’en avait qu’une et cette dernière avait même des problèmes de climatisation et de négligence.

Il a dit que c’étaient des unités de santé de troisième niveau dans tout l’État, « si je ne me trompe pas deux dans chaque ville, où 75 % des spécialistes sont déjà couverts, bien que le but soit de les avoir tous, ce qui implique des soins médicaux 24 heures sur 24 heures de la journée, des gardes matinales et des week-ends. C’est pourquoi nous parlons d’un modèle de santé exemplaire, c’est l’engagement ».

Nous sommes assistés par des médecins et des infirmières mexicains et par la population, comme à l’hôpital Rosamorada où il y a déjà un groupe de cubains, dans lequel un conseil de citoyens a été organisé, et 99 % des employés temporaires sont devenus des employés permanents. 

Des centres de formation ont été ouverts pour 100%  du deuxième niveau de soins et 55 % du premier niveau, outre le fait que toutes ces installations ont été réparées et ont leur propre base de médicaments, d’ordonnances et de pharmacies dans les hôpitaux.

À Nayarit, a-t-il dit, « c’est le résultat pour ce premier groupe de médecins cubains. Je ne peux pas dire pour les autres États où ils vont travailler car maintenant nous allons appliquer cette expérience là-bas et nous espérons que ce sera le cas non seulement à Tlaxcala et Colima, mais dans tout le pays ».

Il a annoncé qu’il se rendrait bientôt dans ces deux États qui accueilleront des cubains pour procéder au même examen et à la même évaluation qu’à Nayarit, ce qui se fait en accord avec les gouverneurs.

« Avec les médecins cubains nous allons finir de couvrir les secteurs ayant un déficit de spécialistes, mais nous n’en aurons pas assez » et il a exhorté à tourner le regard vers d’autres pays puisque « ce qui s’est passé au Mexique à cause des gouvernements néolibéraux qui ont rejeté la formation de médecins et en particulier de spécialistes est bien grave ».

Il a dit que son gouvernement était en train d’ouvrir des écoles de médecine et d’infirmières dans tout le pays, qu’il y en avait déjà une quarantaine dans les zones les plus reculées et que ce nombre se penchait vers une augmentation.

jcc/livp/mv/lma

EN CONTINU
notes connexes