vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Chine sanctionne Nancy Pelosi après sa visite controversée à Taïwan

Pékin, 5 août (Prensa Latina) La Chine a annoncé vendredi des sanctions contre la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, dans le cadre de la réponse à sa visite à Taïwan.

Le ministère des Affaires étrangères a annoncé que les mesures punitives visent également les proches parents de la députée, sans préciser en quoi elles consistent.

Outre la sanction du législateur étasunien, Beijing a réagi à son voyage par des exercices militaires autour de Taïwan pendant quatre jours, des mesures punitives contre les individus, des entreprises et organisations accusés d’inciter le séparatisme et l’arrêt des importations et exportations vers l’île.

 Mercredi, Hua Chunying, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, a déclaré que le séjour de Pelosi sur l’île n’était pas une question de démocratie, mais de souveraineté et d’intégrité territoriale du pays.

 Il l’a également accusée de monter une farce politique et a assuré que Pékin prendrait des contre-mesures plus « décisives, énergiques et efficaces ».

Pour le pays d’Asie, la présence à Taipei de la troisième figure la plus importante des États-Unis signifiait élever le niveau des échanges officiels avec une partie inséparable de son sol.

 La Chine se conforme ainsi aux avertissements systématiques lancés depuis le mois dernier et a nettement précisé à la Maison Blanche qu’elle ne tolérerait pas de nouvelles provocations et ne ferait pas de concessions sur le sujet considéré de la plus grande friction et sensibilité pour les relations bilatérales.

Tant les observateurs locaux que la presse sont d’accord à dire que Mme. Pelosi  résoudra la question une fois pour toutes concernant la réintégration de Taïwan, même si elle a toujours cherché à le faire de manière pacifique et que le contexte actuel mènerait à une incursion militaire.

Un éditorial du journal China Daily a indiqué que la visite de Pelosi avait ouvert la boîte de Pandore, car des temps d’incertitudes et de haute tension s’annoncent avec une Chine plus déterminée à gagner l’une de ses grandes causes en tant que puissance.

D’autre part, la Chine a annoncé vendredi la suspension de sa coopération avec les Etats-Unis dans une série de domaines. Le ministère des affaires étrangères a cité l’annulation des entretiens au niveau du commandant et des entretiens de coordination de la politique de défense, autant que des réunions sur un accord militaire dans le domaine maritime.

Les discussions sur le changement climatique et la coopération sur le rapatriement des immigrants illégaux, l’assistance juridique en matière pénale, la criminalité transnationale et le trafic de drogue ont été également suspendues.

De façon générale, les sanctions chinoises se traduisent par des interdictions d’entrée sur le continent, à Hong Kong et à Macao, de même que par l’interdiction des affaires sur place pour les entreprises ou institutions affiliées aux personnes sanctionnées.

jcc/livp/rgh/ymr

 
EN CONTINU
notes connexes