lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des irrégularités dans l’affaire contre la vice-présidente argentine sont vivement dénoncées

Buenos Aires, 12 août (Prensa Latina) L’avocat Carlos Beraldi, représentant de la vice-présidente argentine Cristina Fernández, a dénoncé vendredi les fasses accusations portées contre elle en demandant qu’un autre juge soit séparé de l’affaire, en raison de doutes sur son impartialité.

Le juge en question est Jorge Gorini, membre du Tribunal oral fédéral 2, dont les liens avec Patricia Bullrich, ministre de la Sécurité sous l’administration de Mauricio Macri (2015-2019), ont été révélés par le journal Página 12.

Après un recours déposé par l’ancien président, le tribunal a engagé une procédure contre Fernández du fait des irrégularités présumées dans l’attribution de 51 travaux publics dans la province de Santa Cruz entre 2003 et 2015.

À plusieurs reprises, l’également chef du Sénat a affirmé être victime d’un harcèlement sans précédent et a rappelé que le tribunal de la localité avait classé l’affaire en raison de l’absence de crime.

Récemment, Página 12 a rendu publique des photographies qui révèlent les liens entre le procureur Diego Luciani et le juge Rodrigo Giménez, représentants des parties accusatrices et dirigeantes dans l’affaire dite de Vialidad.

Sur les images, tous deux apparaissent lors d’un match de football à Los Abrojos, propriété de Macri.

Après avoir pris connaissance des liens entre le juge et le procureur, l’ancienne chef de l’Etat a demandé à sa défense de déposer un recours pour les retirer de l’affaire.

Selon Beraldi, les mesures demandées contre Gotini, Luciani et Giménez visent à accorder le respect de la procédure et l’impartialité.

« Il est absolument faux de dire que nous avons l’intention d’éviter de contester les accusations. Nous prouverons que les imputations sur lesquelles on a mis tant d’accent ne sont pas vraies », a-t-il affirmé.

Ces derniers jours, de nombreuses organisations et personnalités du monde politique ont condamné la persécution contre Mme. Fernandez et les tentatives d’obstruer sa continuité au sein du gouvernement, de même que sa participation aux élections de 2023.

jcc/livp/mgt/gas

EN CONTINU
notes connexes