jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La solution diplomatique au conflit russo-ukrainien a peu de chances d’être trouvée

Moscou, 22 août (Prensa Latina) Le représentant permanent de la Russie auprès des Nations Unies à Genève, en Suisse, Guennadi Gatilov, a déclaré aujourd’hui que « plus le conflit persiste » en Ukraine, « plus il sera difficile de parvenir à une solution diplomatique ».

« À l’heure actuelle, je ne vois aucune possibilité de maintenir des contacts diplomatiques. Et plus le conflit progresse, plus il sera difficile de trouver une telle solution », a-t-il averti dans une interview accordée au Financial Times.

Gatilov a ajouté que Moscou n’a « aucun contact » avec les délégations occidentales, même en privé.

Il a également exprimé sa conviction que la diplomatie mondiale est dans le pire état qu’il ait vu en 50 ans de carrière.

Précédemment, le président Vladimir Poutine avait déclaré que le résultat final des négociations dépendait de la volonté des parties contractantes de mettre en œuvre ce qui a été convenu, « et il est évident que Kiev n’a pas cette volonté », a-t-il dit.

À cet égard, Yuri Ushakov, conseiller du président pour les affaires internationales, a déclaré que Moscou ne voyait aucun intérêt de la part de l’Ukraine et de l’Occident à reprendre les négociations russo-ukrainiennes.

De plus, il a prévenu que les conditions de ces contacts seraient déjà différentes, tout en rappelant que les discussions ont été interrompues « après un pacte de principe sur les accords d’Istanbul ».

Le processus de négociation entre les deux pays a débuté le 28 février, quatre jours après le début de l’opération militaire russe en Ukraine. Par la suite, plusieurs réunions ont eu lieu, dont les premières au Belarus, jusqu’au 29 mars, date à laquelle s’est tenue une réunion en face-à-face dans la ville turque d’Istanbul.

Lors de cette rencontre, des résultats ont été obtenus afin d’entamer la voie vers un accord de paix, mais quelques jours plus tard, celui-ci a été refusé par la partie ukrainienne.

À ce sujet, Poutine a déclaré que Kiev, en prenant ses distances par rapport aux compromis obtenus lors du dialogue en Turquie, a mis le processus dans l’impasse.

Le 21 juillet, le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, a rappelé que depuis le 20 avril, Moscou avait envoyé au gouvernement ukrainien un projet d’accord et attendait une réponse, laquelle n’a pas été reçue à ce jour.

jcc/ssa/mem/odf

EN CONTINU
notes connexes