mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine dénonce le rôle des États-Unis dans la persécution de Cristina Fernandez

Buenos Aires, 26 août (Prensa Latina) Le ministre argentin des Affaires étrangères, Santiago Cafiero, a dénoncé vendredi que la persécution judiciaire contre la vice-présidente, Cristina Fernandez, était dirigée par des pays comme les États-Unis.

Le ministre des affaires étrangères a rendu publique sur Twitter des déclarations du sénateur nord-américain Ted Cruz et d’Eduardo Bolsonaro, homme politique et fils du président du Brésil (Jair Bolsonaro), qui s’en sont pris à l’ancienne chef d’État.

« L’un est plus ignorant que l’autre, mais il y a quelque chose qu’ils mettent en évidence : la persécution judiciaire de C. Fernandez est motivée par des intérêts idéologiques nés hors d’Argentine. Prenons soin de notre démocratie. Tout cela avec Cristina », a écrit Cafiero.

Dans un article récent, M. Cruz a accusé la vice-présidente de « convulser les institutions argentines et de saper les intérêts des Etasuniens dans ce pays et dans la région ».

Il a en outre envoyé une lettre au secrétaire d’État Anthony Blinken pour demander que des sanctions soient appliquées à l’encontre de C. Fernandez et de sa famille pour corruption présumée.

Pour sa part, le fils de Bolsonaro a partagé les déclarations de Cruz sur Twitter et lui a exprimé son soutien.

Des journaux argentins, comme Página 12, ont qualifié les déclarations des deux hommes politiques d' »ingérence ouverte dans les affaires intérieures de l’Argentine, à la limite de la transgression du principe de non-intervention qui régit le droit international ».

Des membres de partis politiques, de syndicats et d’organisations sociales de certaines régions du pays continuent de se mobiliser aujourd’hui pour soutenir Mme. Fernandez face à la persécution politique, médiatique et judiciaire dont elle fait l’objet.

Lors de la dernière audience de mise en accusation dans l’affaire Vialidad, le procureur Diego Luciani a demandé une peine de 12 ans de prison à celle qui est également la présidente du Sénat, et sa déchéance perpétuelle de toute fonction publique pour des irrégularités présumées dans l’attribution de 51 travaux dans la province de Santa Cruz entre 2003 et 2015.

Lors d’une allocution télévisée, l’ancienne présidente a dévoilé  les liens illicites entre des hommes d’affaires, des fonctionnaires, des juges, des procureurs et l’ancien président Mauricio Macri et a dénoncé le manque de preuves à son encontre, ainsi que toutes les transgressions orchestrées lors du procès.

Depuis que les déclarations de Luciani ont été connues, des personnes de cette localité et d’autres continuent d’arriver au domicile de Cristina Fernandez, dans le quartier de Recoleta de la capitale, pour lui manifester leur soutien et l’accompagner.

Des manifestations ont également lieu dans des villes telles que Córdoba, La Plata, Corrientes et Rosario.

Jeudi, le parti justicialiste a appelé « tous les péronistes du pays, dans toutes les unités de base et les sièges, à rester unis, organisés et mobilisés, en alerte permanente, en appui de la vraie démocratie et des droits que nous avons conquis ».

jcc/mgt/gaz

 
EN CONTINU
notes connexes