samedi 13 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le conflit armé en Colombie a fait quelque 100 000 disparus

Bogota, 31 août (Prensa Latina) Le conflit armé en Colombie a laissé environ 100 000 personnes disparues, a confirmé l’Unité de recherche des personnes disparues (UBPD), une entité étatique à caractère humanitaire et extrajudiciaire.

« La construction de la paix exige que nous cessions d’être indifférents à la douleur et à l’incertitude vécues chaque jour par ceux qui les cherchent », a souligné l’UBPD, née de l’accord de paix signé en 2016 entre les Forces armées révolutionnaires de Colombie-Armée du peuple disparues et le gouvernement de Juan Manuel Santos, au nom de l’État.

« La recherche est une tâche difficile qui nécessite l’union de la société dans son ensemble », a souligné cette institution chargée de diriger, arranger et contribuer à la recherche des personnes portées disparues en raison et dans le cadre du conflit armé, survenu avant le premier décembre 2016.

Selon la directrice de l’UBPD, Luz Marina Monzón, « l’État colombien a longtemps différé une réponse cohérente et adéquate aux victimes qui demandent un soutien pour rechercher leurs proches « .

Elle a précisé que la dimension quantitative des disparitions en Colombie n’était pas toujours mise en lumière.

En outre, l’enquête menée en ce moment fait état de 99 235 disparus, dont un peu plus de 80 000 sont des disparitions forcées.

En saluant les proches de ces personnes disparues qui poursuivent leurs recherches, seuls ou en groupe, l’État colombien a l’obligation de les soutenir et de les accompagner dans ce processus de recherche.

Le 21 décembre 2010, l’Assemblée générale des Nations unies a exprimé sa préoccupation face à l’augmentation des disparitions forcées ou involontaires dans diverses régions du monde et a décidé de déclarer le 30 août Journée internationale des victimes de disparitions forcées.

L’ONU a noté que les disparitions forcées sont souvent utilisées comme une stratégie pour instiller la terreur chez les citoyens et sont devenues un problème mondial qui ne touche pas seulement une région particulière du monde.

jcc/livp/mgt/otf

EN CONTINU
notes connexes