dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine réaffirmera à l’ONU ses droits sur les îles Malouines

Buenos Aires, 8 septembre (Prensa Latina) Le président argentin, Alberto Fernández, réitérera la revendication de son pays pour la souveraineté des îles Malouines devant l’Assemblée générale des Nations Unies, a rapporté aujourd’hui la porte-parole de la Casa Rosada (siège de l’Exécutif), Gabriela Cerruti. 

Lors d’une conférence de presse, la porte-parole a précisé que le mandataire se rendrait le 18 de ce mois aux États-Unis pour participer à la 77e session de cet organe et prononcerait son discours le 20 septembre. 

Le mandataire évoquera la situation internationale, notamment l’impact de la guerre en Ukraine sur le sud de notre continent, les conséquences de la crise énergétique et l’inflation. Bien sûr, il revendiquera également nos droits sur les Malouines comme il l’a fait lorsqu’il a rencontré l’ancien Premier ministre britannique Boris Johnson, a-t-elle déclaré.

Dans sa Constitution, ce pays ratifie sa « souveraineté imprescriptible sur les Malouines, la Géorgie du Sud et les Sandwich du Sud et les espaces maritimes et insulaires correspondants, parties intégrantes du territoire national ».

Leur récupération, dans le respect du mode de vie de leurs habitants et conformément aux principes du droit international, constitue un objectif permanent et incontournable du peuple de cette nation, indique la Constitution argentine.

À plusieurs reprises, l’Argentine a demandé au Royaume-Uni d’abandonner sa politique de réticence et de reprendre les négociations sur le différend entre les deux États, suspendues unilatéralement par la nation européenne.

Le ministre des Affaires étrangères argentin Santiago Cafiero a dénoncé lors de nombreux événements internationaux « le caractère colonial de l’occupation illégale et illégitime, car ce territoire a été usurpé à l’Argentine il y a 189 ans par une invasion militaire ».

Par ailleurs, Cerruti a confirmé que l’Argentine a officiellement demandé à entrer dans le groupe des Brics, ce qui est actuellement analysé par ses membres : Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud.

peo/lam/gaz

EN CONTINU
notes connexes