lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les agresseurs de la vice-présidente argentine poursuivis en justice

Buenos Aires, 16 septembre (Prensa Latina) La juge Maria Eugenia Capuchetti a commandé vendredi la poursuite avec détention préventive de l’individu qui a tenté d’assassiner la vice-présidente argentine Cristina Fernandez et son compagnon.

Selon un jugement paru dans les médias locaux, Fernando Sabag et Brenda Uliarte sont considérés comme co-auteurs du crime d’homicide aggravé par l’usage d’armes à feu, de meurtre avec préméditation et de concours prémédité de deux ou plusieurs personnes au degré de tentative.

Ils sont de même accusés de port d’arme à feu sans autorisation légale, de stockage de munitions, de possession du document d’identité national d’une autre personne et de falsification d’un document public.

Capuchetti a souligné au départ la participation d’Agustina Diaz à la planification de l’attentat, mais elle n’a pas encore été poursuivie, car arrêtée récemment.

On a attesté par ailleurs que le plan d’assassinat de l’ancienne présidente a été mis en œuvre le 22 avril de cette année, lorsque Uliarte a acheté l’arme avec laquelle Sabag a visé la tête de la chef du Sénat le 1er septembre.

Elle a ensuite expliqué qu’il y avait eu une première tentative d’attentat le 27 août et « que la manière dont la manœuvre recherchée a été menée se faisait écho de l’existence d’une cogestion de l’acte par les deux accusés ».

La détermination de la manière, du moment et du lieu de son meurtre organisé ont été préalablement choisis par eux. Bien que ce soit Sabag qui ait utilisé l’arme contre la victime, le juge a souligné qu’Uliarte avait quant à elle joué un rôle actif.

L’experte a en outre indiqué que, sur la base de nombreux rapports, l’adéquation des moyens utilisés pour tenter de tuer le vice-président avait été établie. 

Enfin, il y avait préméditation puisque Fernandez était sans défense au milieu des militants rassemblés près de son appartement dans le quartier de Recoleta de la capitale et face à une personne qui voulait lui tirer dessus à 35 centimètres par le bias d’un pistolet qui a été en plus volé.

jcc/jha/gas

EN CONTINU
notes connexes