mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’inégalité d’accès aux vaccins laisse l’Afrique sans protection contre la variole simienne

La Havane, 16 septembre (Prensa Latina) Alors que les préoccupations mondiales concernant l’épidémie de variole simienne se concentrent sur l’Occident, l’Afrique – le seul continent où l’on enregistre le plus grand nombre de décès dus à cette maladie – n’a toujours pas reçu une seule dose de vaccin.

La maladie est endémique dans certaines régions d’Afrique centrale et occidentale depuis les années 1970. Chaque année, quelque deux mille personnes sont infectées sur le continent.

Cependant, la récente propagation du virus dans 77 pays du monde a déclenché l’alarme chez les responsables de la santé publique.

En juillet, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré une urgence mondiale au sujet de l’épidémie et a appelé le monde à s’attaquer à l’équité de la distribution des vaccins et à soutenir notamment  les pays africains.

Les immunogènes conçus pour la variole commune offrent un certain degré de protection croisée contre la variole du singe et on estime qu’il existe plus de 116 millions de doses réparties dans plusieurs stocks nationaux, détenus pour la plupart par les États-Unis.

Avant que l’épidémie ne soit déclarée, les États les plus riches se sont engagés à distribuer 31 millions de vaccins si l’OMS en faisait la demande dans le cadre du stock d’urgence de vaccins antivarioliques en cas de besoin international.

Mais jusqu’à présent, aucun pays du monde industrialisé n’a partagé ses vaccins ou ses traitements avec l’Afrique, et certains experts craignent que l’attention mondiale portée au virus ne s’affaiblisse bientôt, alors que l’Europe et l’Amérique du Nord enregistrent une baisse de plus de 50 % du nombre de cas.

« Ce serait le bon moment pour répondre aux besoins du continent africain, mais nous ne recevons toujours pas de vaccins ni de traitements antiviraux », a averti Matshidiso Moeti, directrice de l’OMS pour l’Afrique.

L’inégalité de la distribution et la thésaurisation par les pays les plus puissants rappellent l’inégalité observée pendant la pandémie de Covid-19, où l’Afrique était l’une des plus négligées.

« L’accent est mis sur l’Occident et les nations africaines sont laissées pour compte, avec de faibles ressources pour la surveillance, le diagnostic et même les soins aux patients », a dit Placibe Mbala, directeur de l’Institut de recherche biomédicale du Congo.

Cette année, les centres africains de contrôle et de prévention des maladies ont recensé près de trois mille infections et des centaines de décès dus à la variole.

La République démocratique du Congo est le pays le plus durement touché par la variole du singe, avec des infections signalées depuis cinq décennies.

En 2020, plus de six mille cas et 222 décès ont été détectés ;  alors que le Nigeria, deuxième pays le plus touché, subit une épidémie active depuis septembre 2017.

De nombreux experts affirment que la meilleure façon d’aborder la question de l’équité était celle de transférer la technologie aux entreprises africaines, or les monopoles chargés de la fabrication des vaccins entravent l’autonomie des États défavorisés.

D’après le directeur du Centre nigérian de contrôle des maladies, Ifedayo Adetifa, le manque historique d’aide à l’Afrique se traduit par des épidémies mondiales.

« Si les épidémies de variole du singe en Afrique avaient reçu l’attention de la communauté internationale à l’époque, la propagation du virus dans le monde aurait été évitée », a-t-il déploré.

jcc/ro/to/adr

 
EN CONTINU
notes connexes