mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Sabra et Chatila, une triste page du conflit israélo-arabe

Beyrouth, 18 sep (Presse latine) Septembre 1982. Beyrouth est frappée par les forces israéliennes. L’assassinat le 14 du chef des phalangistes Bashir Gemayel a compliqué la scène politique et sociale et la terreur s’est emparée du Liban. 

Deux jours plus tard, des milices chrétiennes libanaises alliées à l’occupation israélienne ont fait irruption dans les camps de réfugiés de Sabra et Chatila, sous prétexte d’expulser des membres de l’Organisation de libération de la Palestine.

Des milliers de Palestiniens, de Libanais et de Syriens ont été violés, mutilés et tués pendant trois jours par des hommes armés, ce qui constitue l’un des plus grands massacres du conflit arabo-israélien.

Sawsan Mohamed Youssef avait 19 ans, elle était jeune mariée et venait d’arriver de Tripoli dans la capitale. 

Elle est l’une des survivantes des événements et dans la douleur de la perte familiale elle a témoigné à Prensa Latina.

« Nous avons appris par les médias que Bachir Gemayel avait été assassiné, tout le monde a eu peur et a commencé à dire : « que Dieu nous libère, qu’est-ce qui va se passer maintenant », et les gens ont fui sans savoir où », a-t-elle raconté.

Avec une voix entrecoupée et les larmes aux yeux, Youssef a témoigné de la façon dont les groupes de meurtriers entraient dans les maisons et, sans aucune pitié, tué les villageois d’un bout à l’autre des camps de Sabra et Chatila.

« Les gens qui se sont enfuis du camp disaient : « Ils nous ont tués, ils découpent les gens avec des haches, ils ne se soucient pas de si vous êtes libanais ou palestinien ». Quelques jours plus tard, on ne voyait que des quantités de morts à l’intérieur et devant les maisons, dans la rue et sur les places », a-t-elle déclaré. 

Le crime perpétré contre la population civile de Sabra et Chatila du 16 au 18 septembre a fait 1 900 martyrs libanais et près de 3 000 Palestiniens, outre des centaines de disparus.

« Les gens paniquaient et ils ont commencé à s’enfuir. Nous en étions. Nous nous sommes enfuis dans la maison de ma tante sous les explosions que nous entendions », a raconté Jamilé Ahmad Saeed à Pensa Latina,. 

Dans sa mémoire est latente la famille de nom Mokdad, dont ils ont averti le père de fuir le camp en raison de son statut de Palestiniens, mais la méchanceté de la droite chrétienne a pris la vie d’environ 40 de ses membres, a-t-il témoigné.

« Nous avons beaucoup souffert, marcher parmi les cadavres dans les rues et sous les arbres est quelque chose qui transcende l’esprit d’un être humain », a-t-il confessé.

Depuis plus de deux décennies, la Campagne civique de soutien à la Palestine et aux causes de la nation arabe au Liban défend la mémoire des martyrs du massacre de Sabra et Chatila et condamne l’occupation israélienne.

Quarante ans exactement après le massacre, le peuple palestinien et les milliers de réfugiés au Liban réclament justice et n’abandonnent pas la résistance afin de conquérir la liberté et la souveraineté de leur patrie.

peo/ode/yma

EN CONTINU
notes connexes