lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Une ville des États-Unis exige la fin du blocus de Washington contre Cuba

Washington, 21 septembre (Prensa Latina) Le conseil municipal de la ville états-unienne de Willimantic, dans le Connecticut, a approuvé une résolution condamnant le blocus économique, financier et commercial imposé depuis plus de 60 ans contre Cuba par Washington, a-t-on appris aujourd’hui.

L’objectif de la mesure est de demander à l’administration du président Joe Biden et au Congrès l’élimination de toutes les mesures punitives contre l’île et mises en œuvre dans le but de faire souffrir son peuple, a indiqué un communiqué auquel a accédé à Prensa Latina.

L’approbation du document a compté sur le soutien de nombreux amis de la nation antillaise et de diverses organisations de solidarité telles que Willimantic Rainbow Connection, Power UP-Coventry et Black Lives Matter, lesquels se sont également engagés à exiger l’exclusion de Cuba de la liste unilatérale de Washington des pays parrainant prétendument le terrorisme.

Le conseiller municipal de la ville de Willimantic/Windham, Emmanuel Pérez, a jugé indispensable la création des conditions pour que cette ville et d’autres villes des États-Unis fassent entendre leur voix pour réclamer la fin du siège imposé à l’île.

« C’est incroyable ce qui a été réalisé sur cette île sœur dans la lutte contre la Covid-19, et ce malgré tous les obstacles que le blocus génère » a-t-il déclaré.

Pour cette raison, a-t-il ajouté, nous avons promu une résolution du conseil qui dénonce et exige la fin de ce crime contre le peuple frère, et nous soutenons d’autres initiatives pour organiser des voyages sur l’île.

La représentante de l’État du Connecticut pour Willimantic/Wyndham, Susan Johnson, a pour sa part considéré que cette action de solidarité constituait une déclaration au monde sur la façon dont cette ville, et d’autres dans cet État, ont décidé d’abattre les calomnies du mouvement anti-cubain qui diabolisent constamment le gouvernement du pays caribéen.

Le communiqué fait également allusion à la récente visite dans cette région d’une délégation de diplomates cubains aux Nations Unies, composée des ambassadeurs Pedro Luis Pedroso, du représentant permanent suppléant Yuri Gala, du ministre conseiller Roberto Hernández et du deuxième secrétaire Ernesto Sierra.

La résolution rejoint celles d’autres des villes, notamment de Hartford, New Haven et Boston.

peo/livp/mv/ifs

 
EN CONTINU
notes connexes