mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Colombie et le Venezuela ouvrent leur frontière au transport de marchandises

Bogota, 26 septembre (Prensa Latina) La Colombie et le Venezuela ouvrent ce lundi leur frontière commune pour permettre le passage du transport de marchandises, dans le cadre de la reprise des relations diplomatiques et commerciales entre les deux pays.

« A travers la réouverture, après sept ans de fermetures intermittentes ou permanentes, le peuple de Tachira (Venezuela) et le peuple de Norte de Santander (Colombie) vont vivre une merveilleuse rencontre », a dit le ministre colombien Germán Umaña.

Les autorités des deux pays participeront à une cérémonie d’ouverture au milieu du pont Simon Bolivar qui relie les deux pays.

Umaña a expliqué à la presse qu’après les salutations et l’hymne national de chaque nation, les « tractomulas » ou camions de marchandises passeront « pour que la frontière ne soit plus jamais fermée ».

Le fonctionnaire a récemment souligné que c’était l’une des frontières les plus animées (2 219 kilomètres de long) d’Amérique latine.

De plus, en 2008 le commerce bilatéral dépassait les sept milliards de dollars et qu’il a atteint son chiffre le plus bas en 2020, où il était proche de 222 millions.

En 2021, les échanges entre les deux pays se sont élevés à 394 millions et cette année, en juillet, ils ont atteint 383 millions.

Le transit des marchandises se fera par les ponts Simón Bolívar (Villa del Rosario) et Francisco de Paula Santander (Cúcuta).

Par la suite de l’ouverture et selon les données de la Chambre de commerce colombo-vénézuélienne, l’échange légal pourrait être de l’ordre de 1,7 à 2 milliards de dollars.

Ce chiffre est l’un des plus élevés parmi les pays andins et même parmi les nations d’Amérique latine, a déclaré Alejandro Toro, coordinateur de la Commission de suivi du rétablissement des relations entre les deux pays.

Il a rassuré que la fermeture de la frontière avait laissé des indices sociaux critiques et entraîné une augmentation de la pauvreté absolue et monétaire, ainsi qu’une baisse du revenu par habitant et une augmentation de l’informalité.

jcc/ssa/acl/otf

EN CONTINU
notes connexes