mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Éthiopie a accusé le Front Tigré de feindre une attitude pacifique

Juba, 26 septembre (Prensa Latina) L’ambassadeur d’Éthiopie ici, Nabil Mahdi, a accusé lundi le Front populaire de libération du Tigré (TPLF) de feindre une attitude favorable à la solution pacifique de la confrontation contre l’armée fédérale, initiée en 2020.

Cette organisation terroriste a rompu l’accord de cessez-le-feu et a entamé une troisième phase au sein de la guerre qu’elle a elle-même provoquée, et appelle maintenant à la paix pour confondre tous les pays et les organisations internationales, a dit M. Mahi.

Notre gouvernement est prêt pour la paix, alors que le TPLF déploie son programme belliqueux dans le nord du pays, a déclaré l’ambassadeur lors d’une réunion avec le représentant de l’Union européenne au Sud-Soudan, Timo Olkonen.

Il a de même estimé que le récent rapport sur la guerre entre les autorités fédérales et le Front, rendu publique par le groupe d’experts de la Commission internationale des droits de l’homme, n’était pas fiable et ne respectait pas l’éthique.

L’Éthiopie ne le reconnaît pas et on a exhorté « les nations et organismes occidentaux à jouer un rôle constructif au lieu de considérer le conflit de manière négative », selon un compte rendu de l’ambassade d’Éthiopie.

Les deux représentants ont discuté de la mise en œuvre de l’accord de paix au Sud-Soudan. M. Mahi a expliqué la contribution de l’Éthiopie à la conclusion d’un accord de paix définitif afin d’apporter la stabilité en Afrique de l’Est.

M. Olkonen, quant à lui, a déclaré que « les parties prenantes doivent travailler pour parvenir à une paix durable au Sud-Soudan », selon la représentation officielle éthiopienne.

jcc/jf/raj

 
EN CONTINU
notes connexes