jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Italie sous l’emprise de l’ultra-nationalisme 100 ans après la marche sur Rome

Rome (Prensa Latina) Les élections générales qui se sont tenues en Italie le 25 septembre ont marqué un tournant politique après la large victoire d’une alliance d’extrême droite qui gouvernera le pays européen pour les cinq prochaines années.

Par Oscar Redondo

Le correspondant principal de Prensa Latina en Italie

Le processus qui a conduit à ces élections anticipées a commencé lorsque, le 21 juillet, le président du pays, Sergio Mattarella, a accepté la démission du Premier ministre Mario Draghi, ayant perdu le soutien de forces importantes de la coalition gouvernementale.

Cette alliance, trop large et englobante, était devenue inefficace car elle réunissait les formations politiques les plus importantes de la gauche, du centre et de la droite, avec toutes leurs nuances. Il était difficile pour eux de faire avancer leurs propres programmes, différents et souvent contradictoires.

Draghi a réussi à maintenir un équilibre du pouvoir pendant seulement 17 mois durant l’ère Covid-19, alors que le pays était pratiquement paralysé. 

Ce contexte a favorisé le parti d’opposition ultranationaliste Frères d’Italie (FdI), dirigé par Giorgia Meloni, qui n’a obtenu que 4,0 % des voix lors des élections de 2018, mais a gagné des partisans en tant que seule formation importante en dehors de la formule de gouvernement.

L’union des forces d’extrême droite, scellée le 27 juillet entre le FdI, la Ligue et Forza Italia et rejointe ensuite par Noi Moderati, a ouvert la voie à la victoire de la coalition lors des récentes élections.

La division de la gauche italienne a contribué à ce résultat, notamment en raison des divergences entre les directions du Parti démocratique (PD) et du Mouvement 5 étoiles (M5S) qui ont affaibli le soutien des électeurs et les ont également empêchés de gagner des voix ensemble.

La maxime latine « divide et impera » a été la clé pour neutraliser les chances des nombreux groupements progressistes, qui, ensemble, auraient empêché un tel résultat ou du moins réduit l’ampleur de la victoire de l’extrême droite.

Lors du vote pour le Sénat, auquel ont participé 27 millions 432 956 électeurs, l’alliance composée du FdI, de la Ligue, de Forza Italia et de Noi Moderati a obtenu un taux d’approbation de 44,07 % et occupera 113 des 200 sièges.

L’alliance progressiste du PD, de la Gauche unie/des Verts, de +Europa et de l’Engagement civique n’a obtenu que 7 123 646 voix pour le Sénat (25,99 %) et disposera de 48 sièges.

Le M5S aura 29 sénateurs et le troisième pôle centriste neuf, soit un total de 86 sièges pour les représentants de la gauche et du centre, dont la division facilitera le contrôle de l’organe législatif par les ultraconservateurs, selon les analystes.

Lors du vote pour la Chambre des députés, 28 millions 23 544 électeurs ont participé, et 12 millions 272 333 d’entre eux ont voté pour l’union des formations politiques ultra-nationalistes, soit 43,83 % du total, qui a remporté 237 des 400 sièges.

L’alliance de gauche a remporté 26,12 % des voix et disposera de 81 sièges, tandis que le M5S, avec 15,41 %, en obtiendra 51, 21 autres iront au troisième pôle d’action centriste/Italia Viva, et les 10 restants seront répartis entre d’autres forces.

Parmi les partis, le vainqueur est le FdI, avec plus de 25 % des voix, une formation ultranationaliste dont le leader, Meloni, est issu du Mouvement social italien (MSI) néofasciste, fondé après la Seconde Guerre mondiale par des sympathisants de Benito Mussolini.

Parmi les trois autres partis qui accompagnaient le FdI sur le ticket de droite, la Ligue n’a obtenu que 8,5 %, soit deux points de moins que prévu, tandis que Forza Italia a obtenu 8,0 % et Noi Moderati 0,9 %.

La deuxième place est revenue au PD, avec environ 19,0 %, un chiffre bien inférieur aux attentes qui pourrait entraîner le départ de son leader, Enrico Letta, l’un des principaux perdants du jour du scrutin.

Les résultats des forces qui, avec le PD, ont constitué la coalition progressiste ont été modestes, avec 3,5 % pour la Gauche-Verts italienne et environ 4,0 % pour +Europa, tandis que l’Engagement civique a à peine atteint 1,0 %.

Le M5S, qui s’est présenté seul aux élections, a obtenu 15,5 % d’approbation des électeurs, alors que deux autres forces considérées comme centristes, Action et Italia Viva, qui ont également refusé de rejoindre la coalition dirigée par le PD, ont obtenu 7,7 %.

jcc/ssa/arb/ort

 
EN CONTINU
notes connexes