jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Union africaine se félicite de la volonté de rétablir la paix en Éthiopie

Addis-Abeba, 7 octobre (Prensa Latina) L’Union africaine (UA) se félicite de la volonté du gouvernement éthiopien et du Front populaire de libération du Tigré (TPLF) d’engager un dialogue pour restaurer la paix nationale, indique une communication parue vendredi.

Le président de la Commission de l’UA, Moussa Faki Mahamat, « se félicite de l’engagement déclaré des deux parties au conflit en faveur du rétablissement de la paix et de la stabilité en Éthiopie », indique le communiqué.

Le communiqué lui-même rapporte que « les pourparlers, dirigés par l’organisation continentale, devraient commencer prochainement en Afrique du Sud sous la supervision d’un panel de haut niveau composé d’éminents Africains, constitué pour le processus de paix ».

Olusegun Obasanjo, ancien président nigérian et haut représentant de l’UA pour la « Corne de l’Afrique », dirigera le panel comprenant également l’ancien président kenyan Uhuru Kenyatta et l’ancienne vice-présidente sud-africaine Phumzile Mlambo-Ngcuka.

Faki Mahamat a pleinement confiance dans la vaste expérience et le leadership des membres du panel pour assurer un engagement et un dialogue constructifs en vue d’une solution négociée durable et inclusive au conflit.

En plus, l’appel  aux parties pour qu’elles donnent une chance à la paix dans l’intérêt suprême de l’ensemble du peuple éthiopien et de la région de la Corne de l’Afrique a été lancé.

Mercredi, le service de communication du gouvernement éthiopien a révélé que l’organisation régionale avait officiellement invité le début des négociations de paix dans le pays.

« L’appel est conforme aux positions des autorités éthiopiennes » et a insisté sur le fait que « le processus doit être mené uniquement sous les auspices de l’UA et sans conditions d’aucune sorte ».

Depuis novembre 2020, l’armée fédérale et le Front Tigré sont engagés dans une confrontation armée dans le nord du pays, faisant état d’un gigantesque bilan de morts, de personnes déplacées et de destructions matérielles.

jcc/livp/mem/raj

 
EN CONTINU
notes connexes