dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement belge exhorté à agir contre le blocus de Cuba

Bruxelles, 12 octobre (Prensa Latina) Le Comité belge de coordination pour la levée du blocus contre Cuba a exhorté aujourd’hui le gouvernement dirigé par le Premier ministre Alexander De Croo à prendre les mesures nécessaires pour obtenir la levée du blocus des Etats-Unis.

Dans une lettre ouverte adressée à De Croo, on lui demande de travailler conjointement avec les institutions européennes afin de persuader le président nord-américain Joseph Biden de mettre fin au blocus économique, commercial et financier imposé il y a plus de 60 ans, une politique que la plateforme de plus d’une quarantaine d’organisations dénonce en raision de sa portée inhumaine.

Ce serait un pas extrêmement positif lorsqu’on parle du peuple cubain, la Belgique, l’Union européenne (UE) et tous les pays, assure la lettre signée par le secrétaire du Comité de coordination, Wim Leysens; c’est un texte envoyé à la ministre des affaires étrangères, Hadja Lahbib, et au ministre de la Coopération au développement, Meryame Kitir.

La missive demande aux autorités de profiter de l’actuelle présidence belge de la Commission européenne dans le but de normaliser les canaux commerciaux entre l’UE et l’île face au blocus extraterritorial de Washington et aux sanctions qu’il applique aux entreprises et aux banques européennes du fait de leurs liens avec le pays antillais.

« Il y a une grande différence entre la condamnation politique à l’Assemblée générale des Nations unies et les possibilités pratiques pour les entités européennes de commercer avec Cuba sans risquer de lourdes sanctions », a-t-il averti.

Selon le comité de coordination, la Belgique a une solide expérience en matière de politique étrangère et de diplomatie, d’où l’importance de son rôle actif dans cette cause.

Dans cette lettre, la plate-forme a mentionné à De Croo, Lahbib et Kitir les conséquences concrètes du blocus étaunien sur Cuba et sa population, a exprimé sa volonté de fournir des informations supplémentaires sur la question et a demandé au gouvernement belge d’y répondre.

À cet égard, il a souligné la portée du siège sur la capacité à produire des médicaments, les difficultés à acquérir du carburant et de la nourriture, et les énormes obstacles pour accéder au système financier international, aggravés par la décision de Donald Trump quelques jours avant de quitter la Maison Blanche, d’inclure l’île sur la liste des pays parrainant le terrorisme.

Trump a adopté 243 mesures pour renforcer le blocus, dont la quasi-totalité est encore en cours de mise en œuvre par son successeur en 2021, le président Biden.

jcc/mv/wmr

EN CONTINU
notes connexes