lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Liban va recevoir des vaccins pour contenir la flambée des cas de choléra

Beyrouth, 21 octobre (Prensa Latina) Le ministre de la Santé publique du gouvernement intérimaire, Firas Al-Abyad, a annoncé  jeudi l’arrivée au Liban des premières doses de vaccins pour contenir l’augmentation des cas de choléra.

Lors d’une réunion avec le Président de la République, Michel Aoun, le responsable de la santé a déclaré que le pays  des cèdres a été promis pour assurer le début de la vaccination contre la maladie dans 10 jours.

Selon le compte Twitter de la présidence, l’autorité sanitaire a informé le président Aoun des stratégies du ministère et du soutien des organisations internationales pour lutter contre la résurgence du choléra dans le pays depuis 1993.

Le Liban compte au total 220 personnes infectées et cinq morts. L’épidémie est présente dans les régions du nord d’Akkar, de Minieh Dannieh et de Tripoli, dans le nord-est de Bekka, dans l’est de Baalbek et dans le gouvernorat du Mont Liban.

Jusqu’à présent, 29 localités du territoire libanais ont au moins un cas de choléra, dont les communautés de Bebnine-Abdeh (Akkar) et Rihanieh (Minieh Dannieh) ont le plus grand nombre de malades avec respectivement 41 et 38 personnes malades.

Les responsables de la santé ont conseillé aux Libanais et aux résidents de maintenir une bonne hygiène personnelle, de ne pas boire ou utiliser de l’eau non potable, de se laver régulièrement les mains avant de préparer ou de manger des aliments et après être allé aux toilettes.

En début de semaine, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a envoyé, par l’intermédiaire du centre régional de Dubaï, le premier lot de fournitures et de médicaments destinés à renforcer la réponse libanaise à l’épidémie de choléra.

Selon l’OMS, le choléra est une infection bactérienne aiguë qui affecte l’estomac et se transmet par les mains, l’eau ou la consommation d’aliments contaminés.

jcc/livp/mem/yma

 
EN CONTINU
notes connexes