jeudi 25 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La crise du carburant limite l’approvisionnement en oxygène des hôpitaux d’Haïti

Port-au-Prince, 26 octobre (Prensa Latina) Un mois et demi après que des gangs ont bloqué la distribution de carburant, l’oxygène est désormais une denrée rare dans les hôpitaux haïtiens et son rationnement met en danger des dizaines de vies.

 

Dans les centres de santé publics tels que l’hôpital d’État et l’hôpital de La Paz, les réserves leur permettront de fonctionner pendant une ou deux semaines, mais le fournisseur de l’institution a expliqué que les équipements nécessaires à la production de bouteilles étaient bloqués dans le port de Lafito.

Un responsable de l’hôpital de La Paz a déclaré au journal Le Nouvelliste que les institutions publiques figuraient parmi les premières victimes lorsque l’oxygène n’est pas disponible.

La situation dans les hôpitaux privés n’est pas différente car, bien que certains disposent de concentrateurs d’oxygène, le manque de carburant ne leur permet pas de fonctionner.

Depuis le 12 septembre, les groupes armés qui composent la fédération du G-9 ont limité l’accès au principal terminal pétrolier du pays et, ces dernières semaines, ils ont volé des milliers de gallons d’hydrocarbures pour alimenter le marché informel, où les prix atteignent des valeurs astronomiques.

Après avoir exigé la démission du Premier ministre Ariel Henry comme condition au déblocage des entrées de l’établissement, les gangs dirigés par l’ex-flic Jimmy Cherizier demandent maintenant l’amnistie, la participation à un nouveau gouvernement et la levée des mandats de perquisition à leur encontre.

La crise, qui aura bientôt deux mois, a reporté sine die la reprise de l’année scolaire, tandis que de nombreuses entreprises, dont des stations d’épuration, ont réduit ou arrêté leur production.

Tout cela dans un contexte de résurgence du choléra, avec des cas suspects s’élevant à 1 700, dont plus de la moitié sont des enfants de moins de 14 ans, a révélé le Fonds des Nations unies pour l’enfance.

jcc/mem/ane

EN CONTINU
notes connexes