mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

COP27 : un sommet climatique au goût doux-amer

Le Caire (Prensa Latina) Après deux semaines de débats animés, de forums, d’ateliers et d’expositions, le sommet sur le climat qui s’est tenu dans la station balnéaire égyptienne de Sharm El Sheikh a laissé au monde un goût aigre-doux, en raison des résultats mitigés de la réunion.

Par Roberto Castellanos

Le correspondant en chef de Prensa Latina en Égypte

Si, d’une part, l’approbation d’un fonds destiné à financer les pertes et dommages des pays pauvres a été un triomphe retentissant, d’autre part, l’événement – qui s’est tenu du 6 au 20 novembre – n’a pas permis d’adopter des mesures plus radicales pour lutter contre le fléau.

C’est une réalisation historique après 27 ans de discussions et de demandes de la part des nations en développement, a dit le ministre égyptien des affaires étrangères et président du conclave, Sameh Shoukry, en évoquant la première question.

Adoptée par consensus par près de 200 délégations, la création du fonds a également été applaudie par le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres.

Le débat sur la question a été si acrimonieux que la 27e conférence des parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP27) a dû reporter sa clôture de près de 48 heures dû aux divergences entre le Nord et le Sud.

Les premiers étaient d’emblée réticents à accepter le projet qui avait déjà été anéanti par leur opposition lors de la précédente CdP, tenue l’année dernière à Glasgow, alors que les seconds l’ont soutenu en bloc, le présentant comme une revendication de longue date qui s’impose aujourd’hui.

Selon le texte, le mécanisme fournira un financement « nouveau, prévisible et adéquat » aux « pays en développement particulièrement vulnérables ».

Les détails de son fonctionnement seront rédigés par un comité de 24 pays, dont trois d’Amérique latine et des Caraïbes, pour être présentés lors du prochain sommet qui se tiendra aux Émirats arabes unis en 2023.

Le fonds sera financé en premier lieu par les pays riches et les contributions privées, or il laisse une fenêtre pour que d’autres pays émergents, comme la Chine, puissent apporter des ressources, une question qui promet des débats.

« L’accord sur un Fonds de financement des pertes et dommages marque le début d’une nouvelle voie pour la justice climatique », a déclaré Yeb Saño, chef de la délégation de Greenpeace à la COP27.

« Lorsqu’il s’agira de discuter des détails de l’initiative, nous devrons veiller à ce que les principaux responsables de la crise climatique apportent la plus grande contribution », a-t-il souligné.

Après des décennies de lutte, le projet est un triomphe, mais nous avons un grand défi à relever pour garantir que les pays développés apportent une contribution conforme à la justice et à l’équité, a convenu Sara Shaw de l’ONG Friends of Earth Network.

Selon un rapport de la Loss and Damage Collaboration, un groupe de plus de 100 chercheurs, 55 des économies les plus vulnérables au climat ont subi des pertes économiques de plus de 500 milliards de dollars entre 2000 et 2020.

LES SOURCES D’ÉNERGIE FOSSILES

Cependant, l’avenir des sources d’énergie fossiles a laissé les environnementalistes, les experts et les ONG mécontents car le texte final de l’événement laisse de nombreux doutes.

Dès le départ, plusieurs pays, notamment les producteurs de charbon, de gaz et de pétrole, ont refusé de mettre un terme à cette industrie très polluante.

Selon le site web des Nations unies, plus de 600 lobbyistes des compagnies pétrolières figuraient sur la liste des participants inscrits à la COP27, soit une augmentation de 25 % par rapport au sommet de l’année dernière.

Une autre question clé de la COP27 ayant occasionné des affrontements est la pression exercée pour lever l’accélérateur sur les objectifs d’atténuation et de réduction des émissions.

Certains États ont cherché à enterrer les accords adoptés lors du sommet de Paris de 2015, qui limite le réchauffement climatique bien en dessous de deux degrés, de préférence 1,5 degré, par rapport aux niveaux préindustriels.

Bien que plusieurs délégations aient proposé de rendre le pacte plus flexible, la majorité a finalement rejeté tout changement sur une question aussi sensible.

Pourtant, de nombreux experts, analystes et gouvernements ont répudié le fait qu’elle ait été présentée comme une victoire pour le maintien des engagements signés au lieu de mettre en œuvre des réductions plus drastiques des émissions de gaz polluants.

« Nous devons aller plus loin à la lumière des dernières données scientifiques », a averti la négociatrice australienne sur le climat, Sally Box.

« Jusqu’au tout dernier moment, ces négociations ont été entachées par des tentatives de troquer les progrès en matière d’adaptation et d’atténuation contre des avancées sur le fonds pour les pertes et dommages, mais au final, les efforts des pays vulnérables et des militants ont permis de surmonter les obstacles », a déclaré Saño.

Collin Rees, responsable de campagne pour Oil Change International, a considéré la création du fonds comme positive, mais l’absence de progrès en matière de combustibles fossiles comme très négative. Le pétrole et le gaz doivent également être éliminés progressivement, a précisé Babawale Obayanju, du réseau Friends of the Earth.

Au cours du sommet, des appels répétés ont également été lancés au Nord pour qu’il tienne ses promesses de fournir aux pays moins développées une aide de 100 milliards de dollars par an pour lutter contre les effets du changement climatique.

« Certains se plaignent que le texte final du sommet n’est pas parfait et, en effet, il ne l’est pas (…) mais nous avons tous fait des progrès, nous ne devons pas permettre que la recherche de la perfection nous empêche de faire ce qui est possible et pragmatique », a prévenu la Barbade.

L’envoyée des Îles Marshall pour le climat, Kathy Jetnil-Kijiner, a fait une remarque similaire. « Je suis fière d’être ici pour voir cela se produire et d’y contribuer de manière modeste », a-t-elle déclaré en faisant référence au fonds.

« Nous avons montré (…) que nous pouvons faire l’impossible, de sorte que nous pouvons revenir l’année prochaine (à la prochaine COP28) et nous débarrasser des combustibles fossiles une fois pour toutes », a-t-elle ajouté.

CRISE CLIMATIQUE

Selon les estimations du Global Carbon Project, les émissions de gaz polluants provenant de l’utilisation de combustibles fossiles atteindront des niveaux record en 2022 après avoir diminué pendant la pandémie de Covid-19.

Les émissions de dioxyde de carbone (CO2) augmenteront d’un pour cent par rapport à l’année dernière pour atteindre 36,6 milliards de tonnes, selon l’étude présentée lors du sommet. Ce chiffre est supérieur de 300 tonnes à ce qui était comptabilisé en 2019, avant la crise de la maladie.

Cette croissance d’un pour cent équivaut à l’utilisation de 70 millions de voitures supplémentaires.

Parallèlement, le Programme des Nations unies pour l’environnement a averti que la consommation d’énergie et les émissions de CO2 du secteur mondial de la construction ont atteint un niveau record en 2021.

Elle a précisé que cette branche était responsable de plus de 34 % de la demande d’énergie et de 37 % des émissions de CO2 au cours de ces 12 mois.

Les émissions liées à l’énergie des opérations dans ce domaine ont atteint l’équivalent de 10 gigatonnes de CO2, soit cinq pour cent de plus que les niveaux de 2020 et deux pour cent de plus que le pic pré-pandémique de 2019.

Lors du débat de haut niveau, l’ancien vice-président étasunien Albert Gore a averti que le monde produisait 162 millions de tonnes de carbone chaque jour, provoquant des gaz équivalents à 600 000 fois la chaleur de la bombe nucléaire larguée sur Hiroshima, au Japon.

Cette situation a entraîné une hausse sans précédent des températures mondiales, notamment en Afrique, où l’on a relevé jusqu’à 53 degrés Celsius, a déclaré le militant du climat.

Parallèlement, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a révélé que quelque sept millions de personnes mouraient prématurément chaque année dans le monde en raison de la pollution atmosphérique.

Le fléau rend également malades des millions d’autres personnes et coûte des milliards de dollars, a déclaré Maria Neira, directrice du département Santé publique et environnement de l’OMS.

jcc/arb/rob

 
EN CONTINU
notes connexes