lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Les connaissances des maîtres rhumiers cubains vont enrichir le patrimoine mondial

Rabat, 28 novembre (Prensa Latina) Cuba aspire à enrichir le patrimoine culturel immatériel de l’humanité au moyen du savoir de ses maîtres du rhum léger, l’une des 56 candidatures qu’un comité spécialisé de l’Unesco analyse aujourd’hui.

La proposition « Le savoir des maîtres du rhum léger cubain » sera examinée demain dans le cadre de la 17e session du Comité intergouvernemental du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, un forum prévu jusqu’au 3 décembre et accueilli par le Royaume du Maroc.

L’élément valorise et sauve l’art de la transmission orale, par lequel un maître donne à un apprenti la capacité de fabriquer et de transmettre le savoir dont il est le dépositaire, a expliqué la délégation de l’île, dirigée par l’ambassadeur auprès de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), Yahima Esquivel, et la présidente du Conseil national du patrimoine, Sonia Virgen Pérez.

Une représentation du mouvement cubain des maîtres rhumiers légers fait également partie du groupe présent à l’événement, dans lequel d’autres pays d’Amérique latine, comme le Guatemala, la Colombie et le Chili, ont des propositions à ajouter aux listes de sauvegarde de l’organisation multilatérale.

Cuba participe à la réunion du Comité en tant qu’État observateur, en sa qualité d’État membre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (2003).

S’il reçoit l’approbation de l’organe composé de 24 élus, le savoir des maîtres du rhum léger apporterait un aspect particulier au patrimoine mondial, en grande partie grâce à sa connexion avec d’autres domaines et expressions, des fêtes populaires et traditions culinaires aux manifestations musicales et de danse.

Dans un récent dialogue avec Prensa Latina, les membres du Mouvement des maîtres du rhum léger cubain ont estimé que la tradition et les connaissances accumulées permettent d’élaborer un produit unique, étiqueté comme la saveur liquide de ce qui est cubain.

Au cours des 160 dernières années, les mélanges exquis n’ont cessé d’évoluer pour devenir des produits raffinés qui suscitent l’intérêt du monde entier, fruits du travail de huit générations de spécialistes.

Le premier maître Juan Carlos Gonzalez a commenté que chaque génération était censée laisser sa création dans les barils, qui est reprise par la suivante.

Pour sa part, Tranquilino Palencia a insisté sur le caractère naturel du rhum produit dans la plus grande des Antilles, l’engagement envers l’environnement pendant le processus de création et la tranquillité d’esprit que cette culture continuera.

L’Amérique latine présente les candidatures du Guatemala, de la Colombie, de Cuba et du Chili au Comité composé de 24 représentants élus parmi les 180 États parties à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel.

Outre les pays d’Amérique latine, les propositions de l’Afghanistan, de l’Algérie, du Cambodge, de la Chine, de la République populaire démocratique de Corée, de l’Égypte, de la France, de l’Allemagne, de la Grèce, de l’Iran, du Japon, d’Oman, de l’Arabie saoudite, de l’Espagne, de la Tunisie et de la Zambie, entre autres, seront à l’ordre du jour.

jcc/ro/wmr

EN CONTINU
notes connexes