lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Haïti avertit sur les relations tendues avec la République dominicaine en raison des déportations

Port-au-Prince, 30 novembre (Prensa Latina) Haïti a exprimé à la République dominicaine que les méthodes utilisées pour les déportations massives de ses ressortissants portent atteinte aux rapports bilatéraux.

 

Selon un communiqué officiel, le Chargé d’Affaires haïtien à Saint-Domingue a adressé aux autorités voisines les préoccupations de son gouvernement quant au respect des protocoles signés par les deux pays sur le rapatriement.

Le ministère des affaires étrangères et du culte a assuré qu’il avait adopté une position définitive sur la question, sans donner plus de détails en affirmant que la situation compromettait la coopération nécessaire dans plusieurs domaines entre Port-au-Prince et Saint-Domingue.

Les expulsions d’Haïtiens ont augmenté de façon spectaculaire ces dernières semaines, la République dominicaine appliquant une politique musclée à l’encontre des sans- papiers, dont la grande majorité est originaire d’Haïti.

Les organisations sociales, politiques et de défense des droits de l’homme ont reprouvé le fait que les déportations ne respectent pas la dignité des citoyens et ont affirmé que les Haïtiens sont « chassés » dans les rues, les écoles, les hôpitaux et leurs résidences, et certains sont même séparés de leurs enfants mineurs.

L’ancien ministre des affaires étrangères Claude Joseph a dénoncé le fait que le président dominicain, Luis Abinader, mettrait sur pied une politique raciste et de nettoyage ethnique. Il a comparé les méthodes du dirigeant à celles du dictateur Rafael Trujillo qui, en 1937, a encouragé un massacre dans lequel plus de 20 000 Haïtiens ont perdu la vie.

Des dizaines de personnes se sont mobilisées mardi à Port-au-Prince et ont remis en cause le profilage racial appliqué par les autorités voisines, tout en reprochant les mauvais traitements infligés aux femmes et aux enfants.

Toujours pour protester contre ce phénomène, les habitants de Ouanaminthe, à la frontière, ont bloqué le passage binational pendant près d’une semaine suspendant le commerce et le transport de marchandises.

jcc/mgt/ane

 

EN CONTINU
notes connexes