lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

R+D+I = BioCubaFarma

La Havane, 7 décembre  (Prensa Latina) Cela peut sembler une équation mathématique, mais la somme de la recherche, du développement et de l’innovation (R+D+I) est l’essence même du groupe commercial BioCubaFarma, spécialisé dans les industries biotechnologiques et pharmaceutiques.

Cette méga-entreprise qui en est à sa première décennie de travail, fruit de la fusion de l’industrie chimique-pharmaceutique et de l’ancien pôle scientifique de la Havane de l’ouest, s’est consolidée en tant qu’entité à cycle fermé : on recherche, développe, produit, commercialise depuis la gestation du produit jusqu’à ce qu’il parvienne au patient.

BioCubaFarma, en plus d’accorder  tout ce qui est nécessaire aux soins de santé des Cubains, exporte des médicaments, des moyens et des systèmes de diagnostic, des équipements médicaux, des technologies avancées dans la production de médicaments et d’aliments, ainsi que des services de haute technologie.

Le groupe d’entreprises est aujourd’hui composé de plus de 30 sociétés, 14 à l’étranger, quelques coentreprises, 65 unités commerciales de base, 110 lignes de production et, comme tout système de ce type axé sur l’innovation et la recherche, il trace également, en parallèle et avec une vision à long terme, le parcours de nouveaux projets à l’horizon 2040.

L’arrivée de la pandémie de Covid-19 a montré que l’industrie était prête à relever le défi. Elle a proposé cinq candidats vaccins et a ensuite mis à la disposition du système national de santé trois d’entre eux qui sont devenus des injectables anti-Covid-19.

Prensa Latina s’est entretenu avec son président, Eduardo Martinez, au sujet des dix années d’existence de l’entreprise, de ses succès et de ses échecs, de son portefeuille de produits, de ses exportations et de ses investissements.

Après une décennie d’existence en tant que Groupe d’affaires des industries biopharmaceutiques et biotechnologiques, où allez-vous et quelles sont vos principales projections ?

-Nous nous orientons vers le renforcement de la R+D+I, qui est notre pilier fondamental. Une entreprise de ce type doit avoir des produits, nous devons les entretenir, nous devons en introduire de nouveaux, car nous sommes confrontés à un secteur très compétitif. En ce moment, notre projection est claire : le développement de médicaments innovants et uniques.

Nous en avons plusieurs, certains en phase initiale, d’autres en phase intermédiaire et finale d’essais cliniques, et certains uniques au monde, conçus pour des maladies qui n’ont pas encore été résolues.

Par exemple, le NeuralCIM (NeuroEpo), pour le traitement de la maladie d’Alzheimer, et nous commençons également à l’évaluer pour la démence, la maladie de Parkinson, l’ataxie et les accidents vasculaires cérébraux. C’est un médicament dont les résultats sont encourageants. Il en est à la phase IV des études et nous travaillons à le produire à grande échelle, pour couvrir la demande nationale et pouvoir l’exporter.

Il n’existe aucun autre médicament similaire dans la littérature scientifique, ni même dans les études.

L’Heberprot-P, un produit commercialisé depuis plusieurs années pour les ulcères du pied diabétique, est toujours un produit phare et fait actuellement l’objet de recherches en vue d’une reformulation sous la forme d’un nouveau système à libération contrôlée basé sur la nanotechnologie, qui permet aux lésions de guérir plus rapidement.

Il serait beaucoup plus intéressant et supérieur qu’une partie du traitement se termine par une application topique, car lorsque vous commencez à injecter de l’Heberprot-P et qu’il pénètre profondément dans la plaie, il commence à granuler et une fois que ce tissu a « revivifié », son application fait mal (…) si à ce moment-là, au lieu d’injecter, l’application est topique, cela nous donne un avantage.

Traditionnellement, l’application de l’injectable se fait trois fois par semaine ; si nous pouvons obtenir le même effet en sept jours, c’est beaucoup mieux.

Ce système de nano-vésicules a l’avantage de pouvoir libérer le principe actif petit à petit, de sorte qu’il dure plus longtemps, car il est protégé dans une micro-sphère, ce qui réduit la fréquence d’application.

Un autre éventail de projets concerne les vaccins contre le cancer, car à Cuba cette maladie est la deuxième cause de décès. Nous avons un vaccin anti-angiogénique, avec des résultats encourageants, et nous pourrions avoir un record l’année prochaine.

Dans une tumeur, il y a un niveau de vascularisation très élevé, avec de nombreux vaisseaux sanguins autour d’elle. Afin de transporter les nutriments, cette cellule se développe très rapidement ; si nous coupons ce niveau, la tumeur est affectée.

Ce vaccin thérapeutique bloque l’action du facteur qui génère ces vaisseaux sanguins. Ce produit a été testé sur des tumeurs solides et plusieurs types de cancer.

2.- Quelles ont été les exportations et le niveau d’investissement de l’entreprise au cours de cette décennie ?

-Nous exportons vers plus de 50 pays et, bien que cela varie d’une année à l’autre, en 2022 nous avons des exportations vers plus de 60 pays.

En faisant le bilan de ces 10 années, par rapport aux années précédentes, nous avons augmenté et nous allons dépasser les trois mille 800 millions de dollars.

Bien que notre priorité soit de dispenser des produits au système national de santé, nous avons reçu des demandes de médicaments d’autres pays, mais comme ils ont une faible couverture dans le pays, ils n’ont pas été exportés.

Un exemple du processus d’investissement est le complexe industriel biotechnologique de Mariel, une usine moderne répondant à des normes de qualité de fabrication élevées qui a terminé sa construction physique et se trouve maintenant dans la phase de démarrage des systèmes auxiliaires, de la vapeur, de l’eau, du climat, ainsi que de l’étalonnage et de la validation des systèmes et des équipements.

Une grande quantité d’équipements, de zones certifiées, de laboratoires de contrôle de la qualité sont actuellement en fonctionnement, et d’ici 2023, elle aura la capacité de produire certains produits pour des études cliniques et d’autres pour approvisionner le système national de santé.

Si nous parlons de développement, un exemple est ce processus d’investissement, qui a été plus étendu au cours de cette décennie, avec de nouvelles lignes de production, non seulement à Cuba, mais aussi plusieurs usines en Chine, une qui a commencé son processus de construction en Thaïlande en tant que coentreprise, et une autre en Espagne qui est 100 % cubaine.

Pouvez-vous nous informer de l’état de la certification par l’OMS de nos vaccins anti-Covid-19 ?

-Nous avons soumis toute la documentation à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour la certification de nos vaccins anti-Covid-19, et sur le propre site web de l’organisation de santé, vous pouvez voir comment le processus évolue, ils le classent et précisent qu’il est en cours d’évaluation.

Bien que la pandémie n’ait pas le même impact que l’année précédente, il est important de prendre en compte les niveaux de vaccination. Il y a maintenant une nouvelle vague provenant des lignées Omicron. Le risque pour les personnes non vaccinées reste plus élevé et les nouveaux variants sont plus susceptibles d’échapper à la protection.

Dans le cadre de notre stratégie, nous ajustons les vaccins et ajoutons de nouveaux antigènes, de sorte que la capacité à faire émerger d’autres souches a été plus grande que la capacité à générer d’autres immunogènes, ce qui est courant dans le monde.

Nous avons des essais de vaccins plus universels avec d’autres méthodologies qui couvrent touts les variants possibles pour rechercher une solution définitive. Tant que le virus circulera, il mutera et de nouvelles souches apparaîtront. Nous devons continuer à les mettre à jour pour parvenir à une version plus universelle et nous sommes prêts pour cela.

jcc/alb

*Chef de la section Science et Technologie de Prensa Latina

 
EN CONTINU
notes connexes