mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Argentine a convoqué l’ambassadrice britannique pour des opérations dans les Malouines

Buenos Aires, 8 décembre (Prensa Latina) Le ministère argentin des Affaires étrangères a annoncé aujourd’hui qu’il avait convoqué l’ambassadrice britannique, Kirsty Hayes, pour lui faire part du rejet énergique du Gouvernement à l’intention du Royaume-Uni d’introduire de nouveaux acteurs militaires dans les Îles Malouines.

Dans un communiqué, le ministère des Affaires étrangères a rappelé que les îles font partie intégrante du territoire argentin occupé illégalement par ce pays européen et a condamné les annonces publiées concernant la décision du Kosovo de transférer des membres de ses Forces de sécurité dans cet archipel pour participer avec l’infanterie britannique à une opération censée soutenir la paix.

Le ministre des Malouines, de l’Antarctique et de l’Atlantique Sud, Guillermo Carmona, et le sous-secrétaire de la Politique étrangère, Claudo Rozencwaig, ont remis mardi après-midi une note officielle de protestation à la diplomate, précise le texte.

En outre, ils ont déclaré que cette action constituait une démonstration injustifiée de force et une dérogation délibérée aux appels de l’Assemblée générale des Nations Unies et d’autres forums internationaux.

Ils ont également rappelé que ces organisations exhortaient l’Argentine et le Royaume-Uni à reprendre les négociations pour trouver une solution pacifique et définitive au différend de souveraineté qui oppose les deux nations.

Les fonctionnaires ont souligné que l’envoi de « Forces de sécurité » kosovares dans l’Atlantique Sud contrevient à la résolution 31/49 de l’Assemblée générale des Nations Unies, qui demande à Buenos Aires et à Londres de s’abstenir d’adopter des décisions unilatérales entraînant des modifications à la situation alors que les îles traversent le processus de négociation recommandé.

Cela contredit également la 41/11 qui, entre autres dispositions, exhorte les États de toutes les autres régions, en particulier celles militairement importantes, à respecter scrupuleusement l’Atlantique Sud en tant que zone de paix et de coopération, ajoute le communiqué.

En outre, Carmona et Rozencwaig ont indiqué que les actes décrits sont contraires au respect de l’intégrité territoriale et à la recherche d’une solution aux différends par un accord négocié et mutuellement accepté par les parties concernées, principes défendus par l’Argentine.

peo/livp/mem/gas

EN CONTINU
notes connexes