mardi 16 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le gouvernement colombien et l’ELN vont clore le premier cycle de pourparlers

Bogota, 12 décembre (Prensa Latina) Les pourparlers entre le gouvernement colombien et l’Armée de libération nationale (ELN) clôtureront lundi leur premier cycle de discussions à Caracas, au Venezuela, siège de ce processus de recherche de la paix.

Il est à espérer que les parties parviendront à de nouveaux accords, dans le prolongement de ceux déjà conclus à ce jour, afin de renforcer le processus de dialogue.

Quelques jours après le début des  accords, les participants ont accepté de qualifier Cuba, la Norvège et le Venezuela comme pays garants et ont convenu d’inviter le Brésil, le Chili et le Mexique à définir leur participation à ce processus sous la même condition.

Ils ont de même convenu d’inviter l’Allemagne, la Suède, la Suisse et l’Espagne à envisager leur intervention dans ce processus en tant que pays accompagnatrices, ainsi que leur volonté de raviver le groupe des pays d’accompagnement, de soutien et de coopération.

Ils sont convenus de faire avancer les actions diplomatiques avec le gouvernement des États-Unis, afin de connaître sa volonté de participer à ce processus par le biais d’un envoyé spécial à la Table de dialogue.

Ils ont en outre officialisé le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, par le biais de son représentant spécial en Colombie, et la Conférence épiscopale, en tant qu’accompagnateurs du processus.

Le gouvernement  colombien et l’ELN ont repris le point des accords correspondant à l’agenda décrété en mars 2016, pour lesquels des processus d’aide humanitaire seront réalisés à court terme.

À cet égard, le président Gustavo Petro a affirmé que son gouvernement et l’ELN s’étaient mis d’accord sur le retour des communautés embera déplacées par le conflit sur leurs territoires d’origine.

« Une conversation a commencé avec l’ELN, un dialogue de paix. Le premier point d’accord auquel nous sommes parvenus avec l’ELN, en à peine une semaine de pourparlers, est que le retour des populations déplacées par cette organisation des territoires indigènes embera dans leurs réserves est autorisé, avec une garantie de non-répétition et de retour », a dit le président le 3 décembre.

Le président Petro a souligné que cet accord devait être appliqué à d’autres populations, afin que le retour soit possible sur l’ensemble du pays pour n’importe quelle ethnie de la population.

Dans le cadre de la politique de paix totale du gouvernement Petro, des pourparlers avec l’ELN ont débuté le 21 novembre à Caracas, la capitale vénézuélienne.

jcc/jcm/otf

 
EN CONTINU
notes connexes