mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Post-mortem : les jeux du football renversent la Croatie

Doha, 14 décembre (Prensa Latina) Dans un acte chimérique, la Croatie a résisté au caractère du Brésil et a fait fondre les favoris aux tirs au but, mais les aléas du football ont entraîné les vice-champions dans un labyrinthe sans billet pour la finale de Qatar 2022.

Par Jhonah Diaz Gonzalez, Correspondant spécial

Les joueurs d’échecs étaient piégés dans leur propre boîte et la tactique de l’entraîneur Zlatko Dalic n’a jamais déchiffré le roque continu sur le plateau vert de l’Argentine, dont la dernière performance a fini par convaincre tous ceux qui ne croyaient toujours pas à leur résistance et à leurs astuces.

Les Balkans formaient une ligne de front quasi invincible face aux Auriverdes. Josko Gvardiol chevauchait à l’arrière, avec d’autres membres d’une infanterie qui hésitait rarement autant que la veille au stade de Lusail, lorsque le 64e match de la Coupe du monde était en jeu.

Même l’énorme Luka Modric n’a pas réussi à échapper au cauchemar et sa Croatie rocailleuse est tombée dans les filets de l’inefficacité, manquant de puissance en attaque, de créativité au milieu de terrain et de sécurité en défense, tandis que la « Scaloneta » a à peine souffert de sa performance la plus ronde dans la compétition actuelle.

L’entraîneur Lionel Scaloni a maîtrisé le plan stratégique et limité les actions d’une équipe stable et extrêmement difficile. Le personnel d’encadrement de l’Argentine peut sans aucun doute être considéré comme le grand gagnant de la soirée, même si Lionel Messi a brillé à la manière de Maradona et que Julian Alvarez a inscrit un doublé historique.

Angel Di Maria étant désormais rétabli, Scaloni, Walter Samuel, Roberto Ayala et Pablo Aymar ont choisi de se passer d' »El Fideo » et de placer Leandro Paredes dans une ligne de quatre milieux de terrain afin de neutraliser le rendement du magicien Modric dans un contexte de pressing élevé et de mauvais déploiement des latéraux européens.

Bien que le football se définisse dans la surface de réparation, où les buts sont marqués – et c’est certainement ce qui détermine le résultat – dominer le centre du terrain est essentiel dans la quête de la victoire. Dalic – cette fois – ne trouve pas de réponse et finit par se noyer dans ses propres idées.

Petit à petit, la génération dorée de la Croatie cède la place à de nouvelles figures. Ivan Rakitic a été laissé derrière, Modric a affronté son dernier événement œcuménique et d’autres feront leurs adieux après l’Euro 2024, comme Ivan Perisic et Dejan Lovren. Cependant, rien ni personne ne pourra effacer les deux demi-finales consécutives de la plus grande vitrine du sport.

Mais certains se souviendront toujours de ce mois de décembre où ils ont mis à genoux le Brésil, quintuple champion du monde, et se sont retrouvés sans réponse face à l’Argentine, désormais finaliste, à Qatar 2022. Le football est aussi inconstant que la vie elle-même.

jcc/nmr/jdg

EN CONTINU
notes connexes