samedi 20 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

10 000 personnes déplacées en Haïti par la violence

Port-au-Prince, 18 décembre (Prensa Latina) D’octobre à décembre, environ 10 000 personnes ont dû fuir leurs foyers dans l’Artibonite, au nord-ouest de la capitale haïtienne, suite aux affrontements entre gangs, a confirmé aujourd’hui le gouvernement local. 

La mairie de Petite-Rivière de l’Artibonite a annoncé samedi qu’elle avait lancé un recensement des personnes déplacées en coordination avec la Protection civile et un comité de crise.

Le bilan préliminaire de l’instance indique que 1 200 personnes se sont réfugiées à Liancourt, 2 400 à Saint-Marc, 374 aux Gonaïves, 300 à Lachapelle, 450 au Marchand Dessalines et 45 au Cap Haïtien.

Cette année, des dizaines de milliers de personnes ont été contraintes de fuir leurs maisons en raison de la montée des violences à Martissant, Cité Soliel, Croix des Bouquets, Petite-Rivière et dans la plaine de Cul de Sac.

La semaine dernière, le Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Volker Türk, a déclaré qu’en 2022, 1 448 personnes avaient été tuées, 1 145 autres blessées et un peu plus de 1 000 enlevées dans le pays.

La crise « multiforme et prolongée » ne peut pas être ignorée, a déclaré Türk lors d’une conférence de presse à Genève en critiquant le fait que les gangs contrôlent plus de 60 pour cent de Port-au-Prince et reçoivent le soutien des élites économiques et politiques.

C’est le même pays où 4,7 millions de personnes sont confrontées à la faim aiguë, a-t-il déploré.

peo/nmr/Ane

EN CONTINU
notes connexes