vendredi 19 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Gouvernement haïtien condamne le meurtre d’un journaliste

Port-au-Prince, 20 décembre (Prensa Latina) Le Ministère de la Culture et de la Communication d’Haïti a condamné aujourd’hui l’assassinat « atroce » du journaliste Francklin Tamar et a regretté que sa mort porte atteinte au monde culturel et journalistique national. 

Tamar, âgé de 38 ans, a été abattu dimanche dernier alors qu’il rentrait de Radio Solidarité où il présentait des programmes comme Konpa Konpa et Samedi Culturel, a déclaré le ministère.

L’incident s’est produit dimanche soir dans le quartier de Carrefour-Feuille, au sud de cette capitale. 

Selon le rapport judiciaire, le journaliste a reçu plusieurs impacts de balles et est mort instantanément à quelques mètres de sa résidence privée.

Sa mort a porté à huit le nombre de journalistes assassinés en Haïti, au milieu d’une vague de violence qui secoue le pays sous l’action des groupes armés.

On estime qu’au moins 200 gangs opèrent dans le pays, dont plus de la moitié à Port-au-Prince où ils contrôlent près de 60 pour cent de la population, selon des rapports des Nations Unies.

Dans ce contexte, les journalistes sont des victimes récurrentes à la fois des groupes criminels et de la police, selon les médias locaux.

L’une des victimes les plus récentes, le journaliste Romelson Vilsaint, a été tué après que des agents de l’Unité de maintien de l’ordre aient dispersé une manifestation devant le commissariat de Delmas 33, tandis que Fritz Dorilas a été criblé de balles non loin de son domicile à Tabarre.

À la liste s’ajoute Tess Garry, dont le corps a été retrouvé mutilé aux Cayes après avoir été enlevé une semaine, ainsi que quatre autres reporters assassinés brûlés dans les communes de Laboule et Cité Soleil en janvier et septembre, respectivement.

peo/rgh/Ane

EN CONTINU
notes connexes