jeudi 18 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La Palestine rejette les mesures israéliennes et confirme la lutte politique

Ramallah, 7 janvier (Prensa Latina) L’Autorité Nationale Palestinienne (ANP) a rejeté aujourd’hui les mesures annoncées par Israël à son encontre et a confirmé qu’elle poursuivrait la lutte politique, diplomatique et juridique pour mettre fin à l’occupation. 

Les droits des Palestiniens ne sont pas négociables, a averti dans un communiqué le porte-parole de l’ANP, Nabil Abu Rudeina, qui a condamné les actions du gouvernement israélien d’extrême droite du Premier ministre Benyamin Nétanyahou.

Rudeina a exhorté la communauté internationale à mettre fin aux menaces israéliennes « qui sont contraires à toutes les résolutions internationales ».

Le gouvernement extrémiste de Netanyahou tente de provoquer une explosion dans la région en ignorant sans vergogne le droit international, ce qui nécessite une position mondiale ferme, a-t-il souligné.

Dans un autre communiqué, le Premier ministre Mohammad Shtayyeh a critiqué le vol des fonds palestiniens par la nation voisine.

La mesure exacerbera le déficit public palestinien, mais ne nous empêchera pas de poursuivre notre chemin politique et diplomatique dans les instances internationales pour obtenir notre indépendance, a-t-il déclaré.

Parmi les actions approuvées par le cabinet de Tel-Aviv figure la paralysie de toutes les constructions palestiniennes dans la zone C, une zone qui représente 60 pour cent de la Cisjordanie et sous contrôle direct israélien depuis 1967.

En outre, 139 millions de séquelles (environ 39 millions de dollars) seront saisies sur les fonds fiscaux collectés au nom de l’ANP et des mesures seront prises contre les organisations qui encouragent « toute activité hostile » à l’État juif, y compris des actions politiques et juridiques.

Le ministère palestinien des Affaires étrangères et des Expatriés a critiqué hier Tel-Aviv dans un communiqué pour sa nouvelle attaque, prétendument en réponse à la décision de l’ANP de saisir la Cour internationale de Justice (CIJ).

Il y a une semaine, à la suite d’une demande palestinienne, l’Assemblée générale des Nations unies a demandé à la CIJ un avis sur la « signification légale de l’occupation israélienne ». 

Adoptée par 87 voix pour, 26 contre et 53 abstentions, l’initiative invite également cet organe judiciaire à se prononcer sur le conflit et à enquêter sur les lois discriminatoires et les mesures prises par Israël pour modifier la composition démographique de Jérusalem-Est.

Le ministère des Affaires étrangères palestinien a alors salué ce vote et a souligné l’importance de demander à la CIJ un avis juridique sur la nature de l’occupation et la nécessité de définir les responsabilités et les devoirs de la communauté internationale en la matière.

Ce ministère a salué tous ceux qui ont contribué à cette réalisation historique, tout en exprimant sa consternation devant les tentatives de plusieurs pays, dont les États-Unis et le Royaume-Uni, pour influer sur le vote de nombreux pays par des pressions et des menaces.

peo/ro/rob

EN CONTINU
notes connexes