mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’utilisation du maillot de football dans les actes de coup d’État au Brésil est fortement répudiée

Brasilia, 9 janvier (Prensa Latina) La Confédération brésilienne de football (CBF) a refusé aujourd’hui l’utilisation du maillot de l’équipe nationale dans des actes antidémocratiques et de vandalisme, qui se sont produits au siège des trois branches du gouvernement dans le District fédéral (DF).

La déclaration officielle de la CBF est intervenue au lendemain de l’invasion et des actes de vandalisme perpétrés par des partisans radicaux du président défait Jair Bolsonaro, presque tous vêtus de jaune, au Congrès national, à la Cour suprême fédérale et au palais du Planalto, siège du pouvoir exécutif.

« La CBF répudie avec véhémence que notre chemise soit utilisée dans des actes anti-démocratiques et de vandalisme », a déclaré l’organisation dans une note renude publique sur le réseau social Twitter.
Les dégâts aux biens publics n’ont pas encore été calculés, mais les rapports préliminaires indiquent que des façades en verre, des vitraux, du mobilier, des reliques et des documents historiques ont été détruits, ainsi que des armes et des œuvres d’art volées.
De même, des peintures, comme la fresque Mulatas de Di Cavalcanti ou Araguaia, de l’artiste Marianne Peretti, ont été gravement endommagées.
Le chef du Secrétariat à la communication sociale, Paulo Pimenta, a dénoncé dans une vidéo que les terroristes avaient volé des armes de guerre.

« Des armes létales et non létales ont été volées par des criminels à l’intérieur du Palais Planalto. C’est un autre crime à résoudre », a déclaré Pimenta dans la vidéo, accompagné de l’ancien député fédéral Wadih Damous, du Parti des travailleurs.

Le ministre a montré sur ses réseaux sociaux des images de la pièce, dans laquelle certaines mallettes servant à stocker des armes étaient éparpillées et vides.

Damous a attiré l’attention sur le fait que, d’après la façon dont la pièce avait été dérangée, on peut conclure que les envahisseurs avaient l’information que des gadgets de guerre y étaient conservés.

jcc/mgt/ocs

EN CONTINU
notes connexes