mercredi 24 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Le Qatar et les Émirats arabes unis se déclarent préoccupés par la demande de gaz

Abu Dhabi, 14 janvier (Prensa Latina) Les Emirats Arabes Unis (EAU) et le Qatar ont exprimé aujourd’hui leur inquiétude face à l’augmentation de la demande de gaz de la part de l’Europe au milieu de la crise énergétique mondiale, aggravée par le conflit russo-ukrainien. 

Le monde aura besoin de gaz naturel pendant longtemps et des investissements supplémentaires sont nécessaires pour garantir l’approvisionnement et des prix abordables pendant la transition énergétique mondiale, ont déclaré les ministres du secteur du Qatar et des EAU, Saad al-Kaabi et Suhail al-Mazrouei, respectivement, lors d’un panel sur le sujet tenu dans cette capitale.

« La question est de savoir ce qui se passera quand ils (l’Europe) voudront reconstituer leurs stocks l’année prochaine et l’année suivante », a averti le haut responsable qatarien.

Pour sa part, Al-Mazrouei a convenu que cette ressource serait utilisée pendant longtemps et que, y compris si davantage de sources d’énergie renouvelable était installées, il faudrait investir davantage dans le secteur du gaz : «Le monde entier doit réfléchir à la manière de permettre aux entreprises de produire plus de gaz afin qu’il soit disponible et abordable ». 

De même, il a averti que la stratégie «floue» de nombreux pays les empêchait de s’engager dans des contrats de gaz à long terme, ce qui freinait l’obtention de financements pour investir dans le développement des capacités de production des compagnies énergétiques.

Le Qatar est l’un des principaux producteurs mondiaux de gaz naturel liquéfié, tandis que les EAU sont l’un des principaux membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui intensifie son attention sur le marché du gaz alors que l’Europe cherche à remplacer les importations d’énergie russes suite à l’« opération militaire spéciale » lancée par Moscou en Ukraine.

peo/mem/ycv

EN CONTINU
notes connexes