mercredi 17 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

L’Ambassadeur de Colombie au Venezuela souhaite la bienvenue à la délégation de paix

Caracas, 17 janvier (Prensa Latina) L’ambassadeur de Colombie au Venezuela, Armando Benedetti, a souhaité la bienvenue à la délégation de paix de son gouvernement qui tiendra demain une réunion avec la guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN). 

Nous espérons que le chef du groupe de travail, Otty Patiño, le Haut Commissaire pour la Paix, Danilo Rueda, le président de la Fédération colombienne des éleveurs, José Félix Lafaurie, et toute l’équipe parviendront « maintenant à une paix réelle et durable », a écrit le diplomate sur son compte Twitter.

Dans une lettre diffusée sur le même réseau social, avec la signature de Benedetti et adressée à Rueda, le diplomate a indiqué que la réunion extraordinaire fait partie du développement des dialogues avec des groupes armés illégaux et vise à atteindre la paix totale en Colombie, politique que mène le président Gustavo Petro.

« Nous sommes certains que vous, ainsi que les négociateurs qui ont été délégués à cette mission, n’épargnerez aucun effort pour instaurer la paix en Colombie », a déclaré l’ambassadeur.

Dans un communiqué publié la semaine dernière, Patiño a remercié au nom de sa délégation l’hospitalité du Venezuela pour accueillir cette réunion extraordinaire et a annoncé que le deuxième cycle de pourparlers débuterait au Mexique à la mi-février.

L’ELN a également confirmé sur Twitter la tenue de la réunion du mercredi 18 janvier à Caracas, afin d’éclairer des détails pour surmonter la crise générée et d’aborder la continuité harmonieuse du deuxième cycle.

Le 31 décembre dernier, le président Gustavo Petro a annoncé un cessez-le-feu bilatéral avec cinq organisations armées, pendant six mois, y compris l’Armée de libération nationale.

Deux jours plus tard, la guérilla a déclaré dans un communiqué qu’il n’y avait toujours pas d’accord à ce sujet et a détaillé sur son site Internet officiel qu’à la fin du premier cycle de pourparlers dans la capitale vénézuélienne, il n’avait été convenu que de l’institutionnalisation du Bureau.

« Une fois que nous aurons terminé ce qui est prévu, nous serons en mesure de discuter de la proposition de cessez-le-feu bilatéral afin d’examiner les termes qui permettront un accord. Nous considérons le décret du gouvernement comme une proposition à examiner durant le prochain cycle », a souligné la guérilla.

peo/rgh/jcd

EN CONTINU
notes connexes