dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Dénonciation de la campagne contre les pays de la région au sommet de Celac

Caracas, 20 janvier (Prensa Latina) Une forte campagne contre les délégations de Cuba, du Venezuela, du Nicaragua, de la Bolivie et du Mexique est menée par la presse et les réseaux sociaux dans le but de discréditer ces nations lors du sommet de la Celac.

Katu Arkonada, membre du Réseau des intellectuels pour la défense de l’humanité, a lancé cette accusation dans un article intitulé « De la ZLEA à la Celac, l’ingérence étasunienne  ne s’arrête pas », publié sur le site des Brigades de communication de solidarité internationale du PSUV.

L’opération, à laquelle participent des Etasuniens, des Cubains et des Argentins, se servira des médias régionaux et nationaux pour assurer une couverture négative du 7e sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC).

La réunion, qui se tiendra le 24 janvier, verra la participation d’une quinzaine de chefs d’État de la région, parmi lesquels le président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, dont le pays a récemment annoncé sa réincorporation au bloc d’intégration.
Arkonada a révélé que des fonds provenant d’agences fédérales des Etats-Unis et d’autres destinés à des projets sociaux de l’Organisation des États américains, seront utilisés pour financer le transfert à Buenos Aires d’éléments de l’ultra-droite latino-américaine, afin de mener des actions dans le cadre de la réunion.

L’ancien conseiller du ministère bolivien des affaires étrangères a souligné que, compte tenu de la situation difficile que traverse la compagnie aérienne officielle de Cuba en raison du blocus et de la possibilité de recourir à un avion russe ou vénézuélien, ils explorent « une manœuvre légale pour conserver l’avion ».

Il a rappelé que cela serait similaire à ce qui s’est passé récemment avec l’avion cargo vénézuélien-iranien, propriété de la compagnie Emtrasur,  toujours retenu en otage en Argentine.

Une autre manœuvre  viserait à mobiliser des Cubains, des Argentins et des personnes d’autres nationalités contre-révolutionnaires à Buenos Aires pour qu’ils manifestent devant les ambassades des pays susmentionnés.

Le politologue a souligné que, comme lors du précédent sommet au Mexique, ils ont l’intention d’utiliser les contacts de la contre-révolutionnaire d’origine cubaine Rosa Maria Payá avec le président de l’Uruguay, Luis Lacalle Pou, pour répéter les attaques contre Cuba pendant la réunion.

Ils entreprennent également des démarches auprès des délégations paraguayenne et équatorienne pour faire des déclarations contre les gouvernements qualifiés de « dictatoriaux » dans le cadre du Sommet, a-t-il précisé.

jcc/jha/jcd

EN CONTINU
notes connexes