dimanche 21 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La police haïtienne dans les rues pour protester contre la violence

Port-au-Prince, 26 janvier (Prensa Latina) La police haïtienne est descendue aujourd’hui dans les rues de cette capitale pour protester contre l’assassinat de collègues, après que sept policiers ont été tués dans des affrontements contre des groupes armés. 

Des officiers et des sympathisants ont bloqué des avenues cruciales de Port-au-Prince, érigé des barricades de pneus, enlevé des clés de voiture et appelé le Gouvernement à mettre fin à la vague de violence qui sévit dans le pays.

« On ne peut plus, ce n’est pas normal, chaque flic qui est tué laisse une famille derrière lui. Il y a des gens qui les envoient faire leur travail sans les outils adéquats, nous ne pouvons pas le permettre », a déclaré à Prensa Latina un officier sous condition d’anonymat.

Les policiers ont bloqué des localités comme Delmas, Petion Ville et Nazon, ce qui a entraîné la fermeture de magasins, d’écoles et d’institutions publiques.

Des manifestations ont également eu lieu dans d’autres départements comme l’Artibonite, où la veille, sept policiers ont été tués dans des affrontements avec des groupes armés.

Les membres des gangs ont posté sur les réseaux sociaux des images montrant les corps nus des agents couverts par leurs armes.

Jusqu’à 15 policiers ont été exécutés en Haïti depuis le début de l’année, tandis que le pays succombe à la violence et à l’insécurité provoquées par les groupes criminels qui contrôlent de vastes zones de Port-au-Prince et de villes limitrophes. 

En outre, plus de 30 personnes ont été enlevées au cours des trois premières semaines de janvier, dont l’ancien ministre de l’Éducation Pierre Buteau et l’ancien député Augustin Smith.

En 2022, le nombre de victimes mortelles des actions des gangs a dépassé les deux mille et plus d’un millier de personnes ont été enlevées.

Face à la gravité de la situation, le gouvernement a demandé à l’ONU le déploiement de troupes internationales capables de freiner l’avancée des bandes, mais la demande reste dans l’incertitude en raison de la réticence de certains pays et d’une partie de la population.

Cette semaine, la représentante de l’ONU en Haïti, Helen La Lime, a réitéré devant le Conseil de sécurité de l’organisation mondiale que la police ne peut à elle seule lutter contre les gangs sans soutien international.

La Lime a affirmé que la principale préoccupation des Haïtiens est la sécurité et a appelé les nations à agir de manière urgente.

peo/ro/Ane

EN CONTINU
notes connexes