lundi 15 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Díaz-Canel rappelle l’expulsion de Cuba de l’OEA

La Havane, 31 janvier (Prensa Latina) Le président cubain Miguel Díaz-Canel a rappelé aujourd’hui l’expulsion de la nation caribéenne de l’Organisation des États Américains (OEA) en raison des pressions exercées par les États-Unis.

Par le biais de son compte Twitter, le président a souligné qu’il s’agit d’un jour doublement honorable pour l’histoire cubaine, du fait de la commémoration du recrutement de 100 000 jeunes comme enseignants volontaires en réponse au meurtre de l’éducateur Conrado Benítez.

Sur le même réseau social, le Premier ministre Manuel Marrero a souligné que l’expulsion de Cuba de l’OEA « était l’une des nombreuses actions, menées sur ordre du gouvernement des États-Unis, contre la Révolution cubaine naissante ».

Marrero a partagé dans un autre message les mots du leader de la Révolution cubaine, Raúl Castro, qui a déclaré le 4 juin 2016 « que l’OEA, depuis sa fondation, a été, est et sera un instrument de domination impérialiste et qu’aucune réforme ne peut changer sa nature ou son histoire. De ce fait, Cuba ne reviendra jamais au sein de l’OEA ».

Cuba a été expulsé de l’OEA lors de la Huitième réunion de consultation des ministres des Affaires étrangères de cette organisation, qui s’est tenue dans la station balnéaire uruguayenne de Punta del Este.

Lors de cette rencontre, le président de l’époque, Osvaldo Dorticós, a déclaré : « Si l’intention est de faire en sorte que Cuba se soumette aux décisions d’un pays puissant, bref, d’essayer d’asservir un pays qui a gagné sa liberté totale après un siècle et demi de sacrifices, sachez-le une fois pour toutes : Cuba ne capitulera pas ».

En réponse à cette expulsion de l’OEA, le 4 février 1962, plus d’un million de Cubains, réunis sur la place de la Révolution José Martí de la capitale, ont approuvé la deuxième déclaration de La Havane, qui a entériné le caractère anti-impérialiste du processus de changement engagé sur l’île le 1er janvier 1959.

peo/ssa/mgt/mks

EN CONTINU
notes connexes