lundi 22 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Lopez Obrador reçoit Varoufakis qui le remercie pour la défense d’Assange

Mexico, 2 février (Prensa Latina) Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a reçu l’éminent économiste et homme politique gréco-australien Yanis Varoufakis, qui l’a remercié pour ses efforts en faveur de la libération de Julian Assange.

Dans un message sur Twitter diffusé ce mercredi, sur ses comptes officiels, le président a indiqué qu’il l’avait reçu mardi dans ses bureaux, et a souligné la « vision sociale, ni conservatrice ni hégémonique » de l’homme politique progressiste.

« C’est un homme honnête et intelligent. Nous avons coïncidé sur plusieurs questions d’intérêt pour nos peuples », a déclaré Lopez Obrador.

Varoufakis est un économiste, professeur d’université, homme politique et écrivain, auteur de plusieurs ouvrages sur la politique et l’économie.

Il est leader du nouveau parti MeRA25, présenté le 21 mars 2018, avec lequel il s’est présenté aux élections grecques, et est également cofondateur du mouvement paneuropéen DiEM25, présenté en février 2016.

Militant, il est aussi cofondateur de l’Internationale progressiste (IP) avec le nord-américain Bernie Sanders et a également été ministre des finances du gouvernement grec.

Varoufakis a pour sa part remercié Lopez Obrador pour ses efforts visant à la libération de Julian Assange, le fondateur de WikiLeaks, injustement emprisonné au Royaume-Uni et risquant d’être extradé vers les États-Unis, où il est accusé d’espionnage et pourrait être condamné à une peine de prison de 175 ans.

Les autorités des États-Unis poursuivent Assange pour les informations et documents qu’il a divulgués sur son portail WikiLeaks, dans lequel il a dénoncé les abus commis par les troupes états-uniennes en Irak et en Afghanistan.

Lopez Obrador a dénoncé le fait qu’il ne s’agit pas de trahison ou d’espionnage, mais du droit à l’information et a d’ailleurs demandé au gouvernement nord-américain pourquoi il ne poursuit pas également le quotidien The New York Times et d’autres grands journaux qui ont publié ces informations.

peo/livp/mgt/lma

EN CONTINU
notes connexes