dimanche 14 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

La présidente du Pérou reçoit un rapport international sur la répression dans son pays

Lima, 15 février (Prensa Latina) La présidente péruvienne, Dina Boluarte, a reçu aujourd’hui un rapport international sur les violations des droits humains lors de la répression des manifestations sociales qui exigent sa démission, avec un bilan de 60 morts. 

Le document a été remis à Boluarte au Palais du Gouvernement par la directrice de l’organisation Amnesty International pour les Amériques, Erika Guevara, qui a souligné que le texte consigne, à la suite d’une enquête, que la police et les militaires ont utilisé des armes létales sans discernement. 

Guevara a révélé après l’audience que la présidente a affirmé que les forces gouvernementales avaient agi contre des personnes violentes et des vandales, mais que le rapport a confirmé que les morts étaient souvent des civils non armés qui manifestaient pacifiquement.

« Nous présentons les preuves recueillies », en plus des témoignages des familles des victimes et des blessés, qui indiquent que les forces de sécurité ont fait « un usage excessif, disproportionné et souvent mortel de la force, en utilisant des armes contre les manifestants ».

La mandataire a déclaré à Guevara que le gouvernement soutenait les familles des victimes, mais cette dernière a estimé que, malheureusement, cette aide n’est pas visible et que les familles ne savent pas comment y accéder.

Un autre problème, a souligné la représentante d’Amnesty International, est la lenteur des enquêtes, citant le cas d’un manifestant tué à Lima par l’impact d’une grenade lacrymogène au niveau du visage. Jusqu’à il y a quelques jours, le ministère public n’avait toujours pas obtenu les enregistrements des caméras de sécurité privées montrant les faits, a-t-elle déclaré.

Les manifestations ont commencé dans ce pays le 7 décembre dernier, après la destitution et l’arrestation du président Pedro Castillo.

peo/rgh/Mrs

EN CONTINU
notes connexes