vendredi 12 avril 2024 |
Prensa Latina - Qui sommes nous

| Contacter avec Prensa Latina

Agence d'information Latino-américaine
Édition française
Search
Close this search box.

Des organisations haïtiennes demandent à la Caricom de refuser une intervention militaire

Port-au-Prince, 16 février (Prensa Latina) Des organisations haïtiennes ont demandé à la Communauté des Caraïbes (Caricom) de rejeter une intervention militaire dans ce pays des Caraïbes, dans le cadre de la conférence qui réunit aujourd’hui des chefs de gouvernement régionaux à Nassau, aux Bahamas. 

Plus de 30 plateformes ont écrit une lettre ouverte aux chefs de gouvernement de la Caricom et ont exigé que la région « cesse d’être la caisse de résonance des anciennes puissances coloniales esclavagistes, aujourd’hui devenues puissances impérialistes ».

Selon ces organisations, l’intervention remettrait en cause le droit du peuple haïtien à l’autodétermination et contribuerait à maintenir au pouvoir le Premier ministre Ariel Henry, qu’elles qualifient d’illégitime et d’incapable pour décider au nom du pays.

Elles assurent en outre que l’occupation permettrait de renforcer la tutelle imposée en vue d’obtenir le contrôle politique systématique d’Haïti pour mieux consolider l’ingérence étrangère et garantir le pillage de ses richesses.

Dans la lettre, les signataires critiquent le dénommé Core Group, composé de représentants de pays tels que le Canada, les États-Unis, la France, ainsi que l’ONU, l’OEA et l’Union européenne, soit responsable de la situation actuelle en Haïti par la légitimation des bandes opérant sur le territoire.

Elles ont également demandé à la Caricom de se démarquer du Premier ministre qui, selon elles, n’a pas la volonté d’apporter les solutions attendues et ont exigé de la France la restitution de la dette historique de l’esclavage.

peo/lam/Ane

EN CONTINU
notes connexes